Le Cartel de sang

Les vertébrés que nous sommes appartiennent à l'embranchement des deutériostomiens, ce qui en gros'veut dire 'bouche en second' ; L'homme, pendant l'embryogenèse, développe d'abord l'anus, puis la bouche. Ce qui démontre que l'être humain est d'abord, et avant tout, un trou du cul.
Dominique Chappey - J'avais la croix
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 11 juillet

Contenu

Roman - Policier

Le Cartel de sang

Fantastique - Drogue - Superhéros MAJ jeudi 19 mars 2020

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Julien Heylbroeck
Bordeaux : Moltinus, décembre 2019
224 p. ; 19 x 14 cm
ISBN 978-2-490972-04-3
Coll. "Les Saisons de l'étrange"

Horreur sur le ring

Jeune sensation des rings mexicains de lucha libre, Eusébio Gutiérrez est El Hijo del Hierofante, un catcheur masqué qui a pris la suite de son père. Assistant par hasard à l'enlèvement d'un enfant, il n'a d'autre choix que de réagir, entrant ainsi dans une spirale destructrice de violence qui le verra affronter un cartel de la drogue désireux d'écouler une nouvelle marchandise mortelle et mystérieuse, et des divinités aztèques millénaires, devenant bien malgré lui justicier du barrio.
Grand connaisseur du Mexique et de la lucha libre, qu'il avait déjà abordés dans ses fascicules consacrés à "Green Tiburon" (édités parLe Carnoplaste et hautement recommandés), Julien Heylbroeck donne naissance à un nouveau héros masqué, équivalent dans la culture mexicaine des super-héros des comics américains. Comme c'est d'ailleurs la règle dans les comic, Le Cartel de Sang nous présente les origines du héros, de sa vie quotidienne sur les rings ou avec une dj électro-indus avec qui il vient d'entamer une relation amoureuse, aux traumatismes qui le poussent à enfiler son masque pour endosser une identité secrète. À l'instar d'un Spider-Man ou d'un Daredevil, El Hijo del Hierofante affronte donc truands sanguinaires et menaces surnaturelles avec ses seules compétences de catcheur et sa détermination. Fidèle à la ligne éditoriale des "Saisons de l'Étrange" qui présente une collection de "détectives de l'occulte", ce premier volume des aventures du catcheur masqué, que l'on espère nombreuses, allie ainsi un fond de fantastique débridé et un rythme digne des pulps, à une solide intrigue de roman noir, où l'emprise des cartels de la drogue sur la population défavorisée mexicaine est clairement évoquée. Que vous soyez amateurs du Mexique, de catch, d'électro-indus bourrine, de super-héros un peu cheap, d'aventures pulp ou de divinités obscures, vous trouverez forcément de quoi accrocher au combat d'El Hijo del Hierofante, dont le deuxième volet nous est promis pour très bientôt.

Citation

C'était la Lucha Estelar, le clou du spectacle, le dernier combat, le plus attendu. El Hierofante contre Rabia Negra. Le hiérophante, le prêtre gentil et respectueux des règles, le tecnico, affrontait la Rage Noire, le rudo, le méchant, qui ne respectait rien, ni les règles, ni l'arbitre, ni le public, et encore moins la morale et l'honneur. Ils luttaient pour la ceinture de champion. Les photographes couraient autour du ring, les enfants s'égosillaient, les adultes criaient des insultes et des mamies actionnaient des cornes de supporter pour rajouter plus encore à l'ambiance bruyante et joyeuse.

Rédacteur: Jean-François Micard jeudi 19 mars 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page