Une étoile en enfer

Le cadavre disparut la même nuit que les bêtes. Une nuit d'été bien noire, sans lune ni ombre, touffue et épaissie de nuages stériles.
Séverine Chevalier - Les Mauvaises
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 12 août

Contenu

Roman - Policier

Une étoile en enfer

Tueur en série - Disparition - Gastronomie MAJ jeudi 19 mars 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 11 €

Guy Rechenmann
Pau : Cairn, mars 2020
304 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-35068-866-4
Coll. "Du noir au Sud"

Coulisses en gastronomie

Sur le versant du mont d'Apremont, dans la vallée de la Chartreuse, sévit le "dépeceur de l'Adret" semant les cadavres de jeunes filles sur les pans des montagnes. En même temps disparaissent des corps de nourrissons morts-nés ou décédés en bas âge. S'agirait-il du terrible loup-garou des superstitions ? Mais l'affaire se terminera par le terrifiant glissement de terrain qui fait disparaître en quelques heures un pan du mont d'Apremont et des milliers d'âmes, dont sans doute l'assassin, si toutefois il existe, qui gardera ainsi son mystère. Car tout ceci s'est produit en l'an de grâce 1248, et il faut s'appeler Anselme Viloc, le flic de papier, pour s'intéresser à cette affaire plus froide que froide. Et pourtant, il a de quoi s'occuper : son épouse Sylvia est à l'hôpital, récupérée sur un radeau de fortune, à demi morte de froid. Sylvia qui avait remplacé au débotté un équipier sur le chalutier de Raymond Lacueille, un ostréiculteur du cru qui se fit de solides inimitiés en s'opposant à l'introduction d'une huître génétiquement modifiée. Que s'est-il passé ? Et une nouvelle affaire pointe, celle de la disparition d'Odile Verter, une jeune fille du pays montée à Paris pour se faire apprentie chez Les Béatilles, le restaurant de Patxi Ithuralde, le cuistot qui monte au point de se voir bientôt attribuer la fameuse étoile au Michelin. Lorsque Viloc, mandaté par les parents d'Odile, constate qu'il y a eu d'autres disparitions, il va découvrir ce qui se passe vraiment en cuisine...
Retour du flic de papier après Fausse note, un roman que nous avions bien apprécié à k-libre. On y retrouve ce personnage lunaire et humain quelque part entre le Amédée Mallock de l'auteur du même nom et l'incontournable Jean-Baptiste Adamsberg de Fred Vargas pour ces enquêtes qui font figure de rêve éveillé. Le tout servi par un style qui semble s'être encore affiné, collant à la perfection avec ce côté onirique bien géré. On pourra regretter que le rapport entre l'enquête sur ce fameux tueur en série de 1248 et celle d'aujourd'hui soit un peu capillotractée, mais sans trop déflorer, l'auteur nous offre une conclusion tout en ironie noire qui frôle le grand guignol au sens premier du terme. Encore une réussite pour un des derniers éditeurs à proposer encore une vraie collection de romans en poche comme à la grande époque...

Citation

Avant, au début de sa carrière, en Savoie, ce n'était qu'un flic de papier bien ancré dans des rapports écrits, précis dans un français à faire pleurer plus d'un écrivain reconnu et ça lui suffisait ; son papier s'est peu à peu transformé en cerf-volant grâce à une intuition d'un nouveau genre mêlant observation, écoute et sensibilité.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 19 mars 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page