La Cité des chacals

Entre quelles mains déposerons-nous le destin de ce monde ?
Joakim Zander - Apnée
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 12 août

Contenu

Roman - Noir

La Cité des chacals

Ethnologique - Hard boiled - Corruption MAJ lundi 23 mars 2020

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Parker Bilal
City of Jackals - 2016
Traduit de l'anglais par Gérard de Chergé
Paris : Gallimard, février 2020
464 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-07-282872-0
Coll. "Série noire"

Marlowe au Caire

Makana est un détective privé. Jusque-là rien d'anormal sauf qu'il s'agit d'un Soudanais, en exil politique, et réfugié en Égypte où il vit tant bien que mal. Un jour, il est contacté par un policier qui le connait bien. On vient de récupérer la tête d'un homme dans le Nil. Il est sans doute soudanais du sud aux vues de certaines marques rituelles sur son front. Notre détective va donc essayer d'enquêter. Mais découvrir la vérité autour de Soudanais dans un pays livré à la corruption et aux menaces contre les minorités non-égyptiennes ou chrétiennes va s'avérer un tantinet compliqué. En même temps, il se retrouve chargé d'une véritable enquête, c'est-à-dire une enquête qui pourrait être rétribuée. Une famille n'arrive plus à contacter leur fils, étudiant. En se renseignant, Makana découvre que ce dernier travaillait avec d'autres étudiants pour aider des personnes à quitter le pays secrètement. Son enquête l'emmène également vers les églises coptes où il n'est pas bien accueilli car tout le monde a un peu peur des événements et de la politique gouvernementale. Cela le met aussi sur la piste d'une association américaine qui aide des enfants orphelins à partir dans des familles d'accueil aux États-Unis.
De différentes façons, comme dans une intrigue policière classique, ces trois histoires semblent se recouper et effectivement cela sera le cas. Le lecteur attentif d'énigmes policières a très rapidement des doutes et des soupçons sur la façon dont l'histoire peut se terminer, mais est-ce vraiment important ? Parker Bilal excelle dans la description de son privé hard boiled sans grands moyens, prenant plus de coups qu'il ne peut en distribuer, et de sa capacité à ausculter cette société proche de la sienne mais quelque peu différente. Parker Bilal se situe bien dans cette continuité d'auteurs qui écrivant le polar sans oublier qu'ils habitent le monde et doivent en rendre compte. Et il le fait à l'intérieur d'une série intelligente et qui prend forme, une forme intéressante et une œuvre qui se construit de belle façon.

Citation

La ville semblait exhaler un profond soupir de soulagement quand il pleuvait, comme si c'était – encore aujourd'hui- une bénédiction du ciel, alors qu'en réalité cela provoquait toutes sortes de catastrophes.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 23 mars 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page