Nid de guêpes

Dans l'année du Lion, l'Ennemi nous a attaqués. Nous les avons battus. Dans l'année du Lion, j'ai perdu mon père te retrouvé ma mère. Et Domingo est mort, mais son histoire demeure.
Deon Meyer - L'Année du lion
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 25 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Nid de guêpes

Assassinat - Complot - Domestique MAJ mardi 31 mars 2020

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Rachel Abbott
The Shape of Lies - 2019
Traduit de l'anglais par Véronique Roland
Paris : Belfond, février 2020
448 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7144-9318-7
Coll. "Noir"

Domestique en toc

Anna Franklyn mène en apparence une bonne petite vie de classe moyenne rangée dans une banlieue de Manchester. Mais il suffit d'une émission radio façon talk-show pour fracasser ce miroir aux alouettes : un certain Scott dit vouloir se rapprocher de son ancien amour, qu'il surnommait Spike. Or personne d'autre ne connaissait le surnom qu'il donnait à Anna, lorsqu'ils étaient jeunes et brûlaient la chandelle par les deux bouts. Anna le sait bien : c'est elle-même qui a tué Scott. Du moins le croit-elle... Scott, ou celui qui se fait passer pour lui, peut-il exhumer tout ce qu'Anna a mis des années à oublier ? En parallèle, le policier Douglas est mis sur une nouvelle affaire : un cadavre retrouvé dans un des parkings de Manchester, étranglé à l'aide d'un fil de nylon. La voiture appartient à un demi-sel nommé Cameron Edmunds, mais son épouse est formelle : ce n'est pas lui qui gît à la morgue. Une épouse fort peu éplorée au demeurant... Enfin, quelques mois plus tôt, ce même Cameron Edmunds était réapparu dans la vie d'Anna Franklyn pour lui rappeler une vieille dette qu'elle avait évité de payer. Une dette pour laquelle Anna avait réactivé son alter ego des salles de jeu, la blonde Saskia Peterson...
Voici donc un avatar du thriller domestique qui ne se confond pas en originalité... Tout y est ! Le passé menaçant une mère de famille forcément irréprochable (les héroïnes de ce genre de romans peuvent mentir, dissimuler, tricher, voler, arnaquer et même tuer, elles sont forcément irréprochables), les différentes époques, le mélange première et troisième personne avec l'enquête parallèle qui rejoint le thème principal même au prix d'une bonne dose de rétention d'informations. Et dans un tel contexte, lorsqu'on nous présente un mari apparemment parfait, la conclusion est douloureusement prévisible, même si rien n'annonce un tel virage à quatre-vingt-dix degrés... Le tout jusqu'à un retournement final particulièrement cousu de fil blanc. Et comme il faut remplir de la page, on brode sur la vie privée de l'enquêteur et de l'héroïne... Ce n'est pas mauvais, juste profondément médiocre au sens premier du terme. Mais comme on s'adresse majoritairement au public de séries télévisées qui ne veut surtout pas sortir de sa zone de confort...

Citation

Le plus souvent, je n'ai pas de mal à me glisser dans la peau de l'épouse parfaite, dotée d'une famille parfaite. Il m'arrive pourtant de ne pas bien distinguer la mascarade et la réalité – cette vie avec mes enfants que j'adore, ou bien la vie secrète dans laquelle je joue le rôle principal.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 31 mars 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page