Démembrement rural

La réalité n'est souvent qu'une pauvre petite chose avec une sale gueule, Mister.
Marcus Malte - Les Harmoniques
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Succession
Le Kimbavu est un État imaginaire d'Afrique Centrale isolé du monde et pourvu de son dictateur local....
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 01 octobre

Contenu

Roman - Noir

Démembrement rural

Social - Immigration clandestine - Rural MAJ vendredi 03 avril 2020

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Brigitte A. Delpech
Paris : Le Chant des voyelles, mars 2020
162 p. ; 22 x 12 cm
ISBN 978-2-490580-07-1
Coll. "Roman"

La douceur du monde rural

Triffaille-sur-Borge est une ville somme toute tranquille, même si elle possède ses "originaux", comme ce couple d'aristocrates décavés qui se saoulent méthodiquement dans leur château qui s'écroule petit à petit, et leur fils, devenu une sorte d'homme des cavernes, qui vit de chasse et de pêche, fumant des pétards pour conserver le rythme. Il y a également le Brésilien, un artiste qui entend créer une grande œuvre d'art, et qui doit faire avec l'incompréhension des villageois. Il y a aussi un lieutenant de gendarmerie qui apprécie le calme du coin. Il y a encore une communauté du voyage qui s'est installée là, ce qui perturbe les habitants et cela encore plus lorsque des réfugiés syriens s'installent à leur tour dans le coin. Les tensions augmentent et l'arrivée d'un cadavre renforce les divisions. Un jour, on découvre donc un cadavre sur le territoire communal. Seul problème, il lui en manque une partie... une jambe. Tandis qu'une jeune psychologue criminelle vient épauler l'équipe policière et affole les cœurs, d'autres morts vont arriver, tous ayant la particularité de n'être pas entiers. Si le crime aura une résolution, en se focalisant tout d'un coup sur un personnage peu vu le reste de l'histoire, le récit de Brigitte A. Delpech est surtout intéressant pour sa galerie de personnages, truculents ou mesquins, idiots ou rebelles. Ces décalés pour la plupart se promènent dans le roman. L'auteure semble d'ailleurs souvent se soucier plus d'eux que de son intrigue, en développant beaucoup sur leur vie, leurs pensées, leurs malheurs. C'est cet aspect qui pourra éventuellement intéresser le lecteur, plus que la partie policière assez anecdotique.

Citation

Sydu a perdu sa femme et son fils de trois ans dans les bombardements. Ils seront pour toujours irremplaçables. Il n'a aucune envie de recommencer une histoire analogue.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 03 avril 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page