Mon cœur restera de glace

Mener ce genre de négociation était plus difficile que de faire un nœud avec une anguille enduite de confiture. Un des deux adversaires avait déjà la main sur la corde qui servirait à pendre l'autre [...]
Eoin Colfer - WARP. 3, L'Homme éternel
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Succession
Le Kimbavu est un État imaginaire d'Afrique Centrale isolé du monde et pourvu de son dictateur local....
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 01 octobre

Contenu

Roman - Noir

Mon cœur restera de glace

Psychologique - Guerre - Tuerie de masse MAJ lundi 13 avril 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Éric Cherrière
Paris : Belfond, janvier 2020
192 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7144-9333-0
Coll. "Littérature française"

Ce que la guerre révèle et cache

De nos jours, en Allemagne, un vieil homme, qui a participé au génocide durant la Deuxième Guerre mondiale, et qui était sur le point de mourir du cancer semble étonnement s'en remettre. Les médecins aimeraient en savoir plus, mais le malade ne veut parler qu'à un Français. Il veut discuter avec le descendant s'il en reste d'une famille de la Haut-Corrèze. Les historiens sont également surpris car l'homme a été connu dans un camp de concentration où il sévissait comme le Croquemitaine. Or, ce surnom a aussi été celui d'un résistant de Haute-Corrèze, peut-être d'ailleurs apparenté à celui qui est demandé pour venir recueillir les paroles de l'ancien nazi. Enfin résistant est peut-être un mot fort car ce "Croquemitaine" a été honni par les réseaux de résistance : il aurait plutôt été un tueur psychopathe qui aurait enlevé et torturé des soldats allemands avant de disparaitre au cœur de la forêt durant les derniers mois du conflit.
Le récit va ainsi alterner trois époques : la guerre de 1914-1918, peut-être à l'origine des troubles de la famille de Haute-Corrèze qui va se dérouler dans le roman ; la guerre de 1939-1945 avec la remontée d'un groupe d'Allemands qui se dirigent vers l'Allemagne en semant la terreur dans les petits villages (genre Oradour-sur-Glane) et la traque dans la forêt qui se retourne conte les soldats qui la pratiquent ; enfin, la discussion contemporaine en Allemagne entre un descendant français et un bourreau allemand. Si le final va révéler une grande surprise, le roman d'Éric Cherrière est plus un roman de littérature générale, évoquant les catastrophes de ce XXe siècle, qu'un roman policier. Certes, il y aura un retournement qui aurait pu s'apparenter au genre, ou une série de scènes de guerre qui ressemblent plus au travail d'un tueur en série qu'un récit sur la guerre, mais cela reste en arrière-plan d'un texte intelligent sur l'inhumanité dont nous sommes capables, qui a du mal à s'exprimer dans la vie quotidienne, mais sait profiter de la guerre et des désordres pour exploser. Et c'est en cela que le livre pourrait s'apparenter au roman noir.

Citation

Maman a essayé de me tuer. Elle croyait que j'étais trop petit pour me défendre, pour nous défendre mon frère et moi. Je sais qu'elle nous aime, mais quand elle nous regarde, c'est notre bonheur d'avant qu'elle voit.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 13 avril 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page