Sous les eaux noires

Nous avons affaire à un tueur en série. Et ces types-là ne s'arrêtent pas. 
Jonathan Kellerman - La Psy
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 06 juillet

Contenu

Roman - Noir

Sous les eaux noires

Psychologique - Social - Enlèvement MAJ lundi 13 avril 2020

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Lori Roy
The Disappearing - 2018
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Valérie Bourgeois
Paris : Le Masque, novembre 2019
328 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7024-4866-3
Coll. "Grands formats"

With a mint julep

Le sud des États-Unis. Une grande maison comme on en voit dans les films qui parlent de périodes d'avant la guerre de Sécession. Une grande demeure appartenant à la famille Fielding et, devenue par la force des choses, une sorte de pensionnat pour enfants déshérités. Des bruits courent car le directeur aurait, il y a des années, abusé de ses pouvoirs et certains enfants qui ont fugué seraient en fait morts sous les coups et seraient enterrés dans les grands jardins. C'est d'ailleurs une réalité à présent puisqu'on commence à creuser et que l'on découvre des ossements. La fille du directeur a quitté la région pour la grande ville de New York, mais les aléas de la vie la font revenir avec sa propre fille sur les lieux (des crimes) en cette période complexe. Or, à peine est-elle installée que sa fille disparait. Est-ce juste une fugue ? Ou peut-être s'agit-il du réveil d'un tueur en série. Même s'il serait plus logique d'envisager une vengeance liée aux actes commis par son (grand-)père.
Sous les eaux noires, Le roman de l'Américaine Lori Roy, n'est pas policier au strict sens du terme. Il y a bien un enlèvement, et une série de meurtres, mais l'essentiel du propos n'est pas là. C'est un roman profondément sudiste dans le sens où il joue sur la nostalgie, sur ce rapport entre le passé et le présent, sur des violences anciennes, mais qui contaminent la vie présente. Tout se déroule (mis à part un final un peu plus mouvementé) de manière lente et s'appuyant beaucoup sur la psychologie et les pensées du personnage principal. Si l'on apprécie ces secrets de famille enfouis qui peu à peu viennent à la surface comme ces cadavres enterrés qui peu à peu retrouvent une identité, le tout s'inscrivant dans un récit prenant son temps et aux charmes lentement vénéneux du Sud américain, alors Dans les eaux noires est le roman idéal.

Citation

Lane hocha la tête sans un mot. C'est un chêne qu'il faut chercher, mais elle ne le dira pas. Elle pourrait aussi préciser qu'elle est une Fielding, qu'elle a grandi dans cette maison et qu'elle y habite à présent, mais ça non plus, elle ne le leur dira pas.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 13 avril 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page