Meurtre en valse lente

Ne te lance pas à la poursuite de cette chimère. Je n'aime pas François et je ne l'aimerai jamais. Je suis persuadée qu'il te fera du mal, mais je sais que le mystère qui t'entoure n'est pas lié à une quelconque volonté de sa part de te nuire.
Michèle Barrière - De sang et d'or
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 10 juillet

Contenu

Roman - Policier

Meurtre en valse lente

Assassinat - Infiltration - Artistique MAJ lundi 13 avril 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 13,5 €

Pierre Egret
Nice : Vérone, février 2019
124 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 979-10-284-0713-1

Entrechats et loup

Lorsqu'une jeune femme est assassinée par étranglement brutal au club Passion danse, école de danse comme son nom l'indique, l'inspecteur Rachid Ben Tiffour est mis sur l'affaire. La victime est une étudiante à la Sorbonne sans histoire de vingt-deux ans, tuée après une soirée dansante. Le supérieur de Rachid Ben Tiffour, le commissaire Legoff, lui envoie en renfort l'inspectrice Cécile Saint-Clare : danseuse elle-même, elle est chargée d'enquêter de l'intérieur du cours en se faisant passer pour une élève. Mais au sortir du cours, Émilie, une autre danseuse, est victime d'une agression dont le but est de lui voler son portable qui contient des photos de la soirée dansante précédent le premier meurtre. Ces photos offriraient-elles un indice pour démasquer l'assassin ? Un assassin fan de Van Gogh qui a développé une passion excessive, ou plutôt une obsession, pour Audrey, au point de la tuer lorsqu'elle l'a rejeté. Mais soudain, une deuxième élève est assassinée à son tour...
Un polar dans le monde de la danse, pourquoi pas ? Sorti dans une maison d'auto-édition (mais un peu plus scrupuleuse sur les conditions que certaines), ce premier roman d'une série macabre de Pierre Egret aurait pu donner un giallo, du genre de ces polars italiens sulfureux et baroques sous l'égide du maître Dario argento, qui se déroulent souvent dans un microcosme confiné (le studio de mannequins du fuligineux Six femmes pour l'assassin, l'opéra de Terreur à l'opéra, l'école de danse – déjà – de Suspiria, etc.), mais Pierre Egret a choisi la voie de l'enquête classique, même si les apartés de l'assassin introduisent un mystère supplémentaire. Mais il est clair que c'est dans l'univers de la danse que l'auteur se sent chez lui à travers des évocations vivaces et même poétiques (le texte est entrecoupé de poésies) des corps en mouvement. Comme de plus, celui-ci a un beau brin de plume, largement supérieur à la moyenne des "petits génies" de l'auto-édition, on peut se laisser tenter...

Citation

Autant Rachid galérait dans cette enquête, autant Cécile prenait du plaisir à son travail d'infiltration. Elle y retrouvait l'atmosphère des cours de danse classique de son adolescence. Répétant les pas chez elle, travaillant d'arrache-pied avec cours particuliers le dimanche, cours collectifs niveau débutant lundi, niveau intermédiaire mardi et mercredi.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 13 avril 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page