La Fille à ma place

C'est pourtant pas compliqué de comprendre qui sont les Français de Daesh. Ce sont des blaireaux de cité qui ne sont pas aimés en France, et qui réagissent à leur manière : s'ils ne sont pas aimés, alors ils seront craints. Le problème, ce n'est pas l'islam, le problème c'est l'absence de regards sur eux. Ils sont invisibles. L'islam ne s'est pas radicalisé, c'est la radicalité qui s'est islamisée. Les petites racailles se sont trouvé un discours, mais leur vraie quête, c'est d'être vues. C'est du terrorisme Afflelou. Du coup, ils vous font un Bataclan, et de leurs ténèbres, semblent nous demander : Et là, tu m'as vu ou bien ?...
Jacky Schwartzmann - Demain c'est loin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 06 juillet

Contenu

Roman - Thriller

La Fille à ma place

Psychologique - Prison - Domestique MAJ lundi 20 avril 2020

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Catherine Le Goff
Lausanne : Favre, janvier 2020
192 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8289-1816-3
Coll. "Thriller"

Crime en miroir

Dès les premières années du roman policier, les maîtres du genre avaient édicté un certain nombre de règles (dont d'ailleurs se moque un peu une bande dessinée récente de Jean Harambat intitulée justement Le Detection Club). Parmi ces règles, il y avait notamment l'idée que le crime ne pouvait pas se baser sur le sujet de gémellité (ce qui avait par la suite provoqué un grand rire de la part de Gotlib qui avait écrit le scénario d'un film policier réalisé en 1976 par Patrice Lecomte, Les Vécés étaient fermés de l'intérieur, dans lequel il avait choisi de commettre son meurtre en se basant sur une famille de triplés). Catherine Le Goff n'a pas dû avoir connaissance de cet "interdit" qui après tout n'a aucune valeur, et elle n'est pas la première à user de cet artifice aujourd'hui éculé. C'est ainsi que dans son roman, Nin a une sœur jumelle et elle a tué un homme. Elle ne veut pas aller en prison et c'est sa sœur qui va accepter d'endosser le meurtre et y aller à sa place (après tout elle est déjà malade mentale donc être enfermée, ne semble pas être un gros problème pour elle). Outre que le sujet part donc d'un cas clinique un peu limite, le problème principal est que l'auteur a du mal à mettre en place son intrigue. Nous assistons donc à une suite de scènes qui racontent la vie du personnage central, de ses interrogations, dans une écriture très classique et qui n'apporte que peu de suspense. On a souvent l'impression que l'auteure s'écoute écrire et comme cela se voit à défaut de s'entendre, c'est un peu ennuyeux et sans grand intérêt sauf pour les amateurs de littérature générale qui apprécient une dissection d'un cas spécial, à peine plus mouvementé qu'un essai de psychanalyse.

Citation

Sortir mon vieux vélo du garage, enfiler mes gants de cycliste, emprunter la route qui jouxte le champ des Gorse, m'arrêter au rond-point et bifurquer à droite, traverser le lieu-dit, rouler, rouler jusqu'à Perros. Plus besoin de penser, mon corps se laissait porter par les roues, ailes dociles d'un papillon aimanté vers les lumières de la ville.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 20 avril 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page