Écarlate

J'veux être musicien, dit-il à sa mère, affichant une détermination et un enthousiasme que la timidité cachait souvent. J'peux vivre qu'avec la musique et le dessin. Un musicien, m'man, est plus heureux que n'importe qui. Il cause avec les étoiles, les éclairs et la foudre. Il se balade dans les planètes que personne connait. Du temps que je joue, j'vois les notes danser autour de moi. Elles changent de couleurs selon ma manière de jouer.
Louis Atangana - Jimi-X
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 26 novembre

Contenu

Roman - Policier

Écarlate

Fantastique - Historique - Hard boiled MAJ lundi 18 mai 2020

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Philippe Auribeau
Lyon : ActuSF, mai 2020
496 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-37686-242-0
Coll. "Les Trois souhaits"

Quand Hammett rencontre Cthulhu

Nous sommes à Providence en 1931. La crise de 1929 est bien entendu encore vivace, mais cela n'empêche pas les activités de continuer. C'est dans ces conditions qu'une troupe de théâtre s'obstine à monter une version scénique d'un roman classique américain, La Lettre écarlate. Mais, on va retrouver les principaux acteurs morts dans des postures effrayantes et les conditions de leur mort sont particulières. Il reste cependant une jeune femme survivante, mais elle est dans le coma qui, lorsqu'elle en sort, refuse de parler. Jefferson, un homme du FBI, est envoyé pour enquêter et comme il en a les moyens, il s'est adjoint deux inspecteurs privés, un noir, un ancien soldat dans les tranchées qu'il supervisait, et une femme particulièrement affutée. En menant l'enquête, les trois policiers vont devoir s'opposer à une bande de criminels irlandais qui contrôlent la ville, à des anarchistes italiens qui cachent une des témoins, et vont même rencontrer Howard Phillips Lovecraft, un écrivain peu connu mais qui connait bien l'œuvre de Nathaniel Hawthorne (l'auteur justement de La Lettre écarlate). Mais surtout, ils découvrent qu'une scène de meurtre quasiment identique s'est déroulée plus tôt. Tout ceci est lié à un mystérieux homme noir, une force ancestrale, qui vit dans l'ombre et juste à la limite de votre perception (mais vous sentez bien qu'il est là). Mais peut-être n'est-ce qu'une illusion...
Le roman de Philippe Auribeau joue sur une enquête policière prenante situé dans une Amérique des années 1930 plaisamment reconstituée. Une partie se déroule dans une atmosphère très hard boiled avec des notables éclaboussés, des orgies, des truands racistes et des petites frappes, des clochards célestes, et l'autre dans l'arrière-pays, là où les ploucs croisent des sectes anciennes, continuant des cultes sataniques ancestraux, en s'appuyant sur la police corrompue et l'horreur des bois profonds. Doté d'un final fort, rapide et qui risque de surprendre, le roman prend son tout son temps pour décrire et pour raconter une histoire, pour tisser des liens qu'il reste à nouer par le lecteur, pour créer des atmosphères qui rappellent les pulps, qu'ils soient policiers ou fantastiques, et qui constituent mine de rien la matrice des genres actuels. Voilà donc un ouvrage qui mérite sa place dans toute bibliothèque curieuse.

Citation

Caleb Beauford gara la Cadillac le long du trottoir. C'était une conduite bleu pâle, aux chromes rutilants et aux sièges de cuir blanc ivoire. Des passants suspendirent leur pas pour s'émerveiller devant les courbes de la luxueuse automobile, avant que les visages ne se ferment en découvrant que son chauffeur était noir.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 18 mai 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page