Une femme de rêve

Tu aimes lire, cousin ? m'a demandé le mécanicien en voyant mes yeux rivés sur la couverture. Je t'offre un exemplaire de mon roman. Je travaille au garage pour nourrir mes huit enfants, mais mon vrai métier c'est la littérature.
Collectif - Barcelone Noir
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 06 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Une femme de rêve

Écologique - Road Movie - Vengeance MAJ vendredi 19 juin 2020

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Dominique Sylvain
Paris : Viviane Hamy, janvier 2020
290 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 979-10-97417-51-2
Coll. "Chemins Nocturnes"

Mauvais Karmia

Depuis quelques ouvrages Dominique Sylvain a abandonné ses personnages récurrents pour écrire des romans unitaires au sein desquels l'auteure diversifie les univers, les trames et la narration. Cette mise en danger personnelle prend le risque de surprendre un lectorat d'aficionados mais relève également d'un cap dans le processus d'écriture avec, on le devine, une remise en question. Et on ne peut pour cela que remercier Dominique Sylvain. Une femme de rêve est ainsi un thriller qui multiplie les pistes narratives et s'articule autour d'un personnage de braqueur de banque particulièrement violent, de sa fille, sorte de Lolita sans repères, de nouvelles technologies qui se confrontent à la nature. Et puis il y a une femme flic dans le coma, et un ex-flic de la BRI intuitif autant que vif. C'est à la fois bien construit et bien amené avec un sens aigu de la narration et du contrepied, et des scènes oniriques dans une ville idéale en compagnie de l'Élue où l'on sent poindre l'influence japonaise de l'auteure. Le braqueur, c'est Charles Karmia, un gars particulièrement mauvais, défiguré lors d'une arrestation, et qui a des rapports troubles et malsains avec les femmes. Sa fille, c'est Nico. Une experte en informatique, qui trimballe un ordinateur portable qui recèle une importante somme en bitcoins et sur lequel elle partage des vidéos sur sa chaine Youtube. Car Nico est aussi une fille de son époque avec des idéaux dont l'écologie. En l'absence de son père, elle a été éduquée dans un camp de gitans. Ensemble, ils projettent de fuir vers le Brésil retrouver la mère de Nico après l'extraordinaire évasion du père. Mais le père entend avant cela aller voir Laurence, un ancien amour, qui vit dans l'Est de la France, en pleine forêt, et qui en sa qualité d'ornithologue enregistre les sons des oiseaux. Pendant ce temps, dans une chambre d'hôpital semble végéter Séverine, une femme flic victime de Karmia dans l'exercice de ses fonctions, sous la surveillance énamourée de Schrödinger, un gars qu'est flic et qu'est pas flic à la fois. Qui est surtout l'amant de la femme en question mais pas son mari (il le croise quelques soudaines et violentes fois). Le thriller est implacable et déroule son intrigue sans temps morts. On se doute assez rapidement que le dénouement se trouvera dans une ferme isolée de l'Est de la France, mais ce qui intéresse plus particulièrement c'est l'ensemble des trajectoires personnelles des personnages, et il faut bien le dire celle de Nico, qui est au milieu de gens tous plus ou moins maîtres de leurs actes, l'innocence en péril. Nico, c'est le personnage attachant qui a un mobile valable (réunir son père et sa mère), une idéologie louable (l'écologie) et qui conserve plus qu'une dose d'humanité (elle entend même remettre son père sur les bons rails). Alors on lit page après page, on s'attache à ce personnage, on découvre une histoire captivante et mystérieuse. On apprécie la rivalité entre les technologies et la nature (avec une scène incontournable du genre dans des conditions climatiques effroyables à la toute fin du roman). Une femme de rêve est un roman ambitieux et qui relève d'une sacrée gageure. Dominique Sylvain a bien relevé le défi.

Citation

Elle leva les yeux au ciel. Et pensa à Dorian Gray. C'était l'anti-Schrödinger. Les tracas de Schrö se voyaient sur son visage. Et ses tourments accumulés finiraient par lui bouffer l'estomac.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 19 juin 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page