Le Dilemme

Disparaitre : s'en aller sans avertir ni donner d'explication, devenir invisible, cesser d'exister.
Lisa Unger - Et surtout ne te retourne pas...
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 06 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Le Dilemme

Psychologique - Disparition - Domestique MAJ mardi 23 juin 2020

Note accordée au livre: 1 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,95 €

B. A. Paris
The Dilemma - 2020
Traduit de l'anglais par Vincent Guilluy
Paris : Hugo, mai 2020
384 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-7556-4477-7
Coll. "Thriller"

Gâcher la fête

Frustrée de s'être mariée à la sauvette, Livia a toujours rêvé d'une grande fête pour l'anniversaire de ses quarante ans. Une fête qu'elle prépare depuis des mois avec l'aide de son mari Adam. Mais c'est le drame : leur fille Marnie, qui doit venir de l'étranger les rejoindre pour la célébration, envoie un message disant qu'elle est retardée au Caire, là où justement, il vient de se produire un terrible accident d'avion. Leur fille était-elle à bord ? En tout cas, les horaires et l'absence de réponse aux SMS angoissés de son père le laissent penser. Alors qu'Adam s'en persuade peu à peu, une autre question se pose : doit-il révéler le drame à Livia et gâcher la fête de ses rêves ? Livia qui a une autre raison de souhaiter que Marnie ne soit pas là : elle sait que sa fille a eu une liaison avec Rob, un de leurs amis, marié et plus âgé qu'elle. Alors que la soirée approche, chacun reste muré sur ses secrets...
Au moins, avec ce titre, on n'est pas dans un roman et encore moins dans un polar. On serait plutôt dans un de ces téléfilms languissants du samedi après-midi, de ces drames familiaux auxquels personne ne semble croire. D'abord, toute l'histoire tient sur le vieux cliché du couple qui ne se parle pas (Eh oui, a un moment donné, l'héroïne dit bien "Si j'avais su !" comme dans ces romans que l'on moquait déjà il y a un siècle) — mais s'ils le faisaient, il n'y aurait matière qu'à une nouvelle : en fait, quatre-vingt-dix pour cent du roman, consacré à ressasser ce qui a déjà été expliqué et à s'appesantir sur des détails sans importance, peut être zappé sans problèmes. Ensuite, il est difficile de croire qu'une adulte puisse concevoir une telle obsession puérile sur une simple fête d'anniversaire – mais cela permet de noircir des pages et des pages sur sa préparation. Pas de tension, pas de suspense, des personnages égocentriques dont seul le nom permet de les différencier (on ne plus sait vite qui et qui, et s'en soucier étire déjà la patience du lecteur), et même pas de surprise finale qui justifie un tant soit peu de tourner les pages. Bref, une belle purge qui a bien du mal à justifier de sa propre existence et concourrait aisément au titre de pire roman de l'année (mais dans une traduction irréprochable, ce qui ouvre une nouvelle catégorie). Les éditions Hugo nous ont habitué à mieux...

Citation

'Mais ce qu'il y a de bien ce soir, c'est que contrairement aux mariages, il n'y aura pas d'invité que je n'ai pas envie de voir.' À l'exception d'une personne, me dis-je in petto. Une personne qui pourrait me gâcher toute la soirée. Mais seulement si je la laisse faire.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 23 juin 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page