Les Damnés du Llullaillaco

Je voudrais juste boire une bière avant d'y aller, les gars, j'ai eu une putain de journée de merde.
Fabio M. Mitchelli - La Compassion du diable
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 18 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Les Damnés du Llullaillaco

Ethnologique - Ésotérique - Artistique MAJ mercredi 15 juillet 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16,5 €

Peter D. Mason
Paris : Le Mont-Blanc, juin 2020
180 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-36545-081-2
Coll. "Mont-Blanc noir"

Yéti andin

Si vous suivez l'actualité archéologique (à supposer que l'on trouve un sens à cette expression), vous avez peut-être regardé ces derniers jours une émission sur les cultures amérindiennes lors d'une soirée Arte. Lors d'un chapitre plus spécialement consacré aux Incas, il était fait mention d'une coutume sacrificielle, des enfants étant abandonnés sur des hauts sommets pour plaire aux divinités. Toujours est-il que dans le roman de Peter D. Mason, on vient d'apporter en France une des momies d'enfants retrouvées sur place. Flora, qui travaille comme nez pour un fournisseur, peut voir la momie et sent dans ses habits une odeur de musc. Or le musc n'est pas censé se trouver là, en provenance des Andes, et c'est un produit cher et qui se raréfie. Y aurait-il une autre source, peut-être végétale, pour ce produit essentiel dans la parfumerie ? Tout ceci pourrait également être lié à un animal mythique de la Cordillère des Andes. Une expédition se met en route, portée par un concurrent pour trouver des traces de cet animal. Flora décide de court-circuiter cette première expédition en montant rapidement la sienne, afin de grimper les sommets et trouver ce qui pourrait être à l'origine de cette odeur. L'aventure peut commencer.
La collection "Mont-Blanc noir", initiée par les éditions du Mont-Blanc, cherche comme son nom l'indique à mêler une histoire policière et l'ivresse des sommets. Dans ce volume, c'est l'aspect montagnard qui prime même si l'intrigue louche du côté des aventures à la Tintin avec en plus des informations très intéressantes sur la façon de monter en haut des montagnes sans prendre trop de risques - baisse de l'oxygène, dénivelé rapide, froid... On aura même des détails sur la façon de pouvoir faire ses besoins en haute montagne tout en respectant les principes écologiques de base. À cet aspect, Peter D. Mason ajoute un élément qui pourrait faire rire : Flora étant un nez très fin, elle ne peut supporter de faire l'amour tellement l'odeur du sperme lui donne des nausées. Mais, cet élément est traité avec pudeur et la solution finalement proposée est logique et intéressante. Pour le reste les informations techniques sur la montagne, sur la façon de constituer son équipe pour des courses dans les Andes, les détails sur l'étrange animal, montrent que l'auteur a soit pratiqué soit qu'il a su réunir une information de qualité pour raconter son histoire. L'entrainement dans les Alpes puis les sommets andins sont décrits de manière intelligente dans le creux de l'intrigue, ce qui permet ainsi de concilier, et qui doit être l'un des crédos de la collection, l'alliance entre une histoire littéraire, ponctuée d'aventures et une description solide de l'univers montagnard. De ce point de vue, c'est une réussite.

Citation

D'après la géologue, effectivement, ce vallon profond rempli de séracs est longé sur son côté est par un relief qui correspondrait à une coulée basaltique rigidifiée pouvant être le plafond d'un tunnel de lave d'une dizaine de mètres de circonférence.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 15 juillet 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page