Tous des chiens galeux

J'enverrai peut-être un jour cette note au congrès mondial de psychiatrie afin qu'on en révèle le sens caché et que je puisse ainsi moi-même l'apprécier à sa juste valeur.
Alper Canigüz - L'Assassinat d'Hicabi Bey : Alper Kamu, cinq ans, détective
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 02 décembre

Contenu

Roman - Policier

Tous des chiens galeux

Social - Huis-clos - Assassinat MAJ vendredi 21 août 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,9 €

Michèle Van de Portal
Paris : Le Panthéon, juillet 2020
360 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7547-4992-3
Coll. "Roman"

Par pertes et profits

Nous sommes dans une université liée à l'économie et la gestion. D'un côté, il y a Sylvie Pagini, une universitaire qui vit seule et aimerait s'épanouir personnellement et professionnellement. De l'autre, il y a Marc Roulat, un jeune universitaire, célibataire au grand cœur qui à côté de son travail aide une association qui secourt les jeunes en difficulté. Pour cela, il n'a pas hésité à les autoriser à venir chaque semaine vendre des pâtisseries à la faculté. Des pâtisseries qui ont l'air de faire fureur sur le campus. Au début de l'intrigue, Sylvie est chargée de préparer un colloque, avec des universitaires canadiens, qui doit donner à la fois du lustre à leur université, mais en même temps donner une envergure à celle qui parviendra à le mettre en place. Elle demande donc de l'aide à Marc, car elle sait qu'il est très efficace dans son travail. Les choses avancent, même si ce dernier se fâche avec des membres de l'association et interdit leur future venue sur le campus s'ils embauchent des mineurs ce qui n'est pas le but officiel de l'association... Quelques jours plus tard, c'est au tour de Sylvie de s'énerver car Marc ne se présente pas pour finaliser le colloque. Il a plutôt une bonne excuse : il est retrouvé mort dans le caves de la faculté ! Et les coupables sont légion : universitaires écartés du colloque, personnes qui ont utilisé ses écrits pour les plagier et briller au colloque, mauvaise humeur de Sylvie... Et les choses se compliquent encore lorsque la présidente est retrouvée morte dans les locaux de son association.
Tous des chiens galeux est un roman de Michèle Van de Portal qui joue sur deux tableaux : une intrigue policière classique et légère (on se doute bien, non pas des coupables, mais du lien possible entre le crime et les actions des étudiants) qui sert aussi à démontrer l'envers de la faculté : un lieu de mesquineries, de bassesses, bref de gens normaux qui pensent principalement à leur carrière qu'à la science ou à leur travail. Le personnage central ressemble de loin à l'auteure (une femme, dans une université de gestion), mais nous espérons qu'elle ne s'est pas dépeinte sous son jour réel, car elle n'apparait dans l'ouvrage que fort peu sympathique. Les autres personnages sont eux aussi décrits avec cynisme et ironie (notamment un petit dealer qui veut monter en grade et des policiers qui forment un trio improbable) pour donner un roman plaisant et drôle, ponctué par la phrase du titre, que l'héroïne prononce régulièrement. Voilà une saine lecture détente.

Citation

Plus d'un quart d'heure après, de guerre lasse, Allan décida de rentrer chez lui non sans maugréer et en envoyant valser tout ce qui pouvait trainer sous ses pieds. Et après les déferlantes de la nuit, ce n'était pas ce qui manquait, les poubelles ayant été presque toutes renversées sur le bitume, déversant ainsi des ordures en tout genre.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 21 août 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page