Le Banquier de Daech

Car la véritable chaleur provenait de mon père, de ce feu lent et destructeur qui n'avait jamais cessé de brûler en lui. Quand nous atteignîmes la maison, mon père n'était plus qu'un tas de cendres
Thomas H. Cook - Les Ombres du passé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 24 octobre

Contenu

Roman - Policier

Le Banquier de Daech

Terrorisme - Finance - Chantage MAJ mardi 22 septembre 2020

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,9 €

Pascal Canfin
La Tour-d'Aigue : L'Aube, septembre 2020
212 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-8159-3861-7
Coll. "Noire"

L'argent est le nerf de la guerre

Thomas est un jeune journaliste parisien qui aimerait percer. Il reçoit un message d'un membre de Daech qui devrait lui permettre de remonter à la source d'un grand scandale et d'un financement des réseaux terroristes. Est-ce une vraie information ? Après avoir pris conseil auprès de son rédacteur en chef et de collègues blanchis sous le harnais, il décide de commencer son enquête en rencontrant un trader londonien, ancien ami de celui qui maintenant s'occupe des finances du groupe. Depuis Londres, il va aussi rencontrer une jeune femme, exilée mais soumise au chantage et qui sert de courroie de transmission entre les deux hommes. Autant il découvre les arcanes du financement, autant il a du mal à avoir des preuves tangibles pour son journal. Mais derrière cette information qui semble très véridique, n'y aurait-il pas un piège complexe ?
La trame du roman est courte, à l'image du livre. L'auteur primoromancier Pascal Canfin, qui a côtoyé les milieux politiques et financiers, est sans doute au fait des activités licites et illégales, ce qui lui permet à la fois de donner des informations précises sur le financement mais aussi de détailler des aspects cyniques de la vie politique des États ou des services secrets, le tout culminant à un final qui doit beaucoup au Guépard : tout changer pour que rien ne change. Pour le reste, le récit centré sur la personnalité du journaliste qui découvre le monde impitoyable de la finance, le luxe du train de vie des traders et les péripéties légères (mis à part quelques moments plus forts notamment sur le chantage exercé à l'encontre d'unz jeune femme) servent d'écrin pour présenter des informations géopolitiques et économiques intéressantes, mais qui n'apprendront pas grand-chose à ceux qui ont déjà essayé un thriller sur les mêmes thématiques, voire des thématiques avoisinantes, lu des articles dans de grands journaux ou visionné quelques documentaires sur la haute finance. Sans être inintéressant, se lisant même avec plaisir, Le Banquier de Daech manque de singularité pour se démarquer. On mettra ça sur le compte du premier roman.

Citation

Je ne l'aurais pas formulé en ces termes, mais je partageais son analyse. Un frisson inamical me parcourut la colonne vertébrale. Je serai à Beyrouth dans deux jours. Plus proche que jamais de l'œil du cyclone.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 22 septembre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page