Succession

La bouche du canon monte vers son œil et elle ferme les yeux. Elle sent la pression contre sa paupière et son globe oculaire. Elle n'entend pas la déflagration.
Lars Kepler - Incurables
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 octobre

Contenu

Roman - Noir

Succession

Géopolitique - Corruption - Finance MAJ vendredi 25 septembre 2020

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Patrick Cargnelutti
Paris : Piranha, septembre 2020
364 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-37119-082-5
Coll. "Black Piranha"

Du fric en Afrique

Le Kimbavu est un État imaginaire d'Afrique Centrale isolé du monde et pourvu de son dictateur local. Seule une société française est parvenu à s'implanter, de manière peu légale, dans le pays afin d'en exploiter les bois précieux. Marchenot, son directeur, s'appuie sur ses liens avec le dictateur et il vient de recruter un mercenaire, surnommé la Hyène, qui défendra ses intérêts dans la contrée. Mais le Kimbavu attise bien des convoitises, et plus particulièrement celles de l'État français, de ses hauts fonctionnaires et des puissances financières. Les liens avec le directeur de l'entreprise pourraient servir de marchepied pour faire de ce pays une plateforme idéale pour des entreprises françaises : métaux rares et précieux, main d'œuvre corvéable à merci, paradis fiscal facilité par la corruption locale. Le nouveau président français, homme des puissances financières, est chargé de ce dossier. Il s'appuie sur Marchenot et l'un de ses associés, Keller, qui est prêt à vendre son âme pour entrer au pouvoir. Mais c'est compter sans le troisième associé qui sent que le gouvernement en le poussant cherche à l'entrainer dans un piège. Il envoie son gendre en Afrique pour voir ce qui se trame...
Le récit de Patrick Cargnelutti manie à la fois le roman à clef (assez visible comme le président Monarc qui remplace le président Moullande) et ancre un récit géopolitique à des ambitions financières et à des drames humains. Nous allons suivre des industriels à l'ancienne qui ont encore quelques réticences, des membres de la haute finance pour qui déstabiliser un gouvernement et provoquer des guerres civiles n'est qu'un moyen parmi d'autres pour se remplir les poches, des mercenaires qui entendent se tailler un empire dans la confusion qui règne, et des "gens de peu" qui sont ballottés et écrasés par ces machineries qui les dépassent. Le roman est mené tambour battant, créant son lot de drames et de tragédies. Chaque élément répond et présente un autre aspect de la situation pour fournir une vision globale forte et prenante, qui explicite le monde actuel et en présente une version nauséeuse (c'est-à-dire n'offrant pas forcément une fin heureuse et sympathique), avec ironie et violence. ätrick Cargnelutti sait parfaitement passer des intrigues de haut vol des ministères aux affres psychologiques d'un individu, des secrets d'État et des affaires à la vie quotidienne d'un petit dispensaire dans la brousse africaine, présentant des morceaux d'humanité (même si tous les personnages en sont parfois dépourvus) pour un résultat qui frappe fort, à l'estomac et constitue un véritable roman noir de première force.

Citation

Des images de massacres, de feux, de viols, de saccages se pressent dans son cerveau bouillonnant. Ses paumes frappent ses temps, plusieurs fois, très fort. Il secoue la tête. Se calme. Reprend sa quête.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 25 septembre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page