Le Pacte de l'étrange

Le roman ne prend pas du tout la tournure prévue. L'idée de départ était qu'il s'intitule Pi. Un titre tendance et qui promettait quelque chose à la fois de minimaliste et d'infini.
Gert Nygårdshaug - Le Bassin d'Aphrodite
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 24 octobre

Contenu

Roman - Policier

Le Pacte de l'étrange

Fantastique - Disparition - Mafia MAJ jeudi 01 octobre 2020

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

John Connolly
A Game Of Ghosts - 2017
Traduit de l'anglais (Irlande) par Jacques Martinache
Paris : Presses de la Cité, juin 2020
496 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-258-16313-3
Coll. "Sang d'encre"

La grande bataille éternelle du Bien et du Mal

Voici donc le nouveau volume d'une saga de l'Irlandais John Connolly qui nous tient en suspense depuis de longues années (mais qui semble se rapprocher de sa conclusion, au vu des intrigues et surtout des disparitions de personnages centraux). Au point de départ, un homme marqué par la disparition de sa première fille et à présent par son divorce qui l'éloigne de sa seconde fille, une fille perturbée et qui est dotée de pouvoirs paranormaux. Cet homme c'est Charlie Parker, un détective privé qui peu à peu se découvre des liens avec le monde des fantômes. Il s'est adjoint l'aide de deux personnages, qui semblent peu recommandables, mais sont sans scrupules ce qui peut aider dans le monde ténébreux. Dans Le Pacte de l'étrange, Charlie Parker est contacté par un homme puissant mais occulte du FBI. Ce dernier le charge d'enquêter sur la disparition de Jaykob Eklund. Ce Jaycob était chargé de divers travaux pour l'Agence américaine, mais il vient de disparaitre en laissant des pistes en suspens. On a besoin de savoir s'il a été tué pour son travail de recherche pour le FBI, pour d'autres enquêtes extérieures ou s'il est en vie quelque part. Charlie Parker découvre alors dans ses papiers des indices qui le font aller du côté de morts mystérieuses et de disparitions étranges. Les choses seraient peut-être liées à une secte des siècles passés. Au moment d'être détruite, le chef de la secte aurait passé un pacte avec le diable. Contre des morts réguliers, il empêcherait que les membres défunts de la secte ne partent vers l'Enfer. Les nouveaux membres seraient donc poussés à liquider des gens, de manière discrète, pour repousser cette échéance funeste. En tout cas, parmi les meurtres inexpliqués, Jaycob aurait réussi à en cerner un certain nombre dû à cette secte. Et parmi les morts, une famille liée de loin à une figure discrète de la mafia, ce qui fait que les gangsters vont aussi utiliser les compétences du détective. Tout en essayant de gérer un divorce qui se passe difficilement, et une épouse qui l'empêcherait de voir sa fille, Charlie Parker doit donc composer à la fois avec les descendants de la secte, certains membres fantomatiques qui seraient capables de se projeter dans le monde pour continuer leur œuvre, les forces de police qui le surveillent, l'homme du FBI qui poursuit ses propres buts et la famille mafieuse en proie à des dissensions entre ses membres, le patron venant de mourir et ses "héritiers" ne sachant pas comment se partager le gâteau.
Le fait de retrouver des personnages connus, et surtout de voir ici l'action avancer de manière importante (ce qui change de certains épisodes de la série qui, sans être inintéressants sont assez routiniers) permet de découvrir dans Le Pacte de l'étrange un bon volet de la saga. Bien mené, le récit laisse de plus en plus de place aux phénomènes paranormaux, développe la vision du monde parallèle presque aussi prégnant que le monde "réel". Servi par une écriture classique, le roman de John Connolly avance de manière plaisante et se conclut par des rebondissements intelligemment amenés. Une bonne surprise donc.

Citation

Du siège passager de la Lexus, Angel lui montra son pouce dressé. Du moins, Parker espérait que ce n'était qu'un pouce. Avec Angel, on n'était jamais sûr.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 01 octobre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page