Le Maure m'a tuer

La bouche de Pruitt se crispe nerveusement. L'homme décoche un coup violent dans les reins de Greene. Le prisonnier pousse un grognement de souffrance et tombe à genoux. Pruitt lui cingle le visage d'un coup de lanière. Le cuir claque contre la peau. La bouche de Greene s'ouvre. Une salive sanglante dégoutte de sa lèvre et étoile la poussière rouge.
Jean-Patrick Manchette - L'Homme au boulet rouge
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 25 janvier

Contenu

Roman - Policier

Le Maure m'a tuer

Humoristique - Road Movie - Enlèvement MAJ mardi 13 octobre 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Marcel Audiard
Paris : Publishroom Factory, septembre 2020
372 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 979-1-02361-622-4

Enlèvements en série

Le titre de ce nouveau roman de Marcel Audiard fait référence à la célèbre afffaire Omar Raddad qui défraya la chronique judiciaire il y a une trentaine d'années. Le clin d'œil à l'époque est une habitude de la famille Audiard, comme le récent Temps Noir consacré aux Tontons flingueurs pourrait le rappeler. Ici, le Maure en question, c'est peut-être ce jeune adolescent qui emmène sa "fiancée" au Maroc et entend bien découvrir les premiers grands frissons amoureux avec elle. Mais derrière cette bluette se cache tout un univers de malfaisants, de bourre-pifs et autres tireurs en coin qui se pourchassent à travers l'Europe, se cachent en Suisse, espionnent de droite et de gauche, transformant en puzzle à la fois leurs ennemis et l'intrigue du roman.
Plus qu'un résumé, ce qui s'avérerait complexe dans ce troisième volet d'une trilogie (que l'auteur nomme sa crilogie) qui renoue tous les fils des histoires et intrigues précédentes pour apporter une touche finale à l'édifice, il est préférable de s'intéresser au style de Marcel Audiard qui malmène la langue, comme son grand-père ou comme le faisait San-Antonio dans une grande partie de ses romans, la triture presque autant que ses personnages qui sautent d'un train, s'engouffrent dans une voiture, poursuivent des truands et sont pourchassés par des vieux espions israéliens, s'embarquent pour des courses improbables et se vautrent dans des à-peu-près jouissifs ou des calembours tellement hénaurmes (genre "Raklès est si germanique qu'on le surnomme Herr Raklès"). L'auteur fonce, se moque du tiers comme du car (et de l'autobus) de l'intrigue échevelée qu'il déroule imperturbable, cabosse ses personnages comme des pantins de dessins animés, dérape et repart sur les chapeaux de roue, laissant le lecteur épuisé, heureux et épuisé.

Citation

Le samedi matin, dans les rues désertées de la capitale, la bagnole était un petit confetti de paradis glissant tel un hovercraft de feux rouges en longs boulevards grisâtres.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 13 octobre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page