Les Lumières de l'aube

Les secouristes continuent de s'affairer autour de la victime. On entend les mots glaçants, "réa", "pouls", "pupilles aréactives". On sait que c'est la fin. Dans un instant, l'un d'eux prononcera le décès. Les radios crachoteront l'effroyable acronyme. DCD. Trois syllabes lâchées dans le vent. Personne ne s'émouvra quand tombera la sentence.
Nicolas Zeimet - Les Enfants de Lazare
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 29 novembre

Contenu

Roman - Policier

Les Lumières de l'aube

Assassinat - Faits divers - Rural MAJ jeudi 22 octobre 2020

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Jax Miller
Hell in the Heartland - 2020
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Claire-Marie Clévy
Paris : Plon, octobre 2020
374 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-259-26821-9

Zones de non-droit rurales américaines

Dans les derniers jours de 1999, à Welch en Oklahomas, un mobil-home brûle. La police locale ne découvre qu'un corps : celui de la mère de la famille Freeman. Pour la police, qui est en conflit avec le père, ce dernier a tué sa femme et s'est enfui en emmenant sa fille, Ashley, et la meilleure amie de cette dernière, Lauria Bible. Pour les parents de Lauria, c'est peu clair, d'autant plus qu'ils connaissent les forces de police. En effet, corrompue, elles surveillaiet le père pour des affaires de cannabis, et un de ses membres avait abattu le fils dans des conditions douteuses. Les parents décident donc de revenir à la recherche d'indices et découvrent le corps du père, sur lequel les policiers ont marché la veille sans s'en rendre compte... Des volontaires se joignent à eux. Parmi ceux-ci un détective privé qui trouve une carte de sécurité sociale. Mais les policiers et les agents du FBI ne voient pas son intérêt... Des pistes vont s'accumuler ainsi que des enquêtes. Vingt ans plus tard, après de nombreux détours, une probable vérité au sujet de l'affaire semblera surgir avec l'aide d'une auteure venue faire un reportage sur l'affaire.
Ce qui est important dans l'ouvrage de Jax Miller, ce n'est pas tant l'enquête en soi, que la description qu'elle rapporte. Elle présente son enquête de manière factuelle, développant toutes les pistes, les impasses, les nombreuses personnes qui lui ont parlé, se sont tues ou même les menaces de mort dont elle a fait l'objet. De cette description, forte et prenante, en ressort, centré sur le monde rural, les mêmes plaies que celles du monde urbain : l'omniprésence de la drogue, de la violence, des problèmes familiaux, du chômage, de la petite délinquance et du silence. Localement, les policiers semblent aussi corrompus que les truands qu'ils pourchassent, aussi bas de plafond, car plus on avance dans l'exposé des faits, plus on avance dans l'horreur : les tueurs ont pris des photos des sévices assénés aux deux jeunes filles et semblent avoir pris un malin plaisir à les montrer à tort et à travers sans que cela ne choque beaucoup leurs spectateurs. La misère sociale et la violence endémique sont une donnée normale de la vie. Derrière la façade d'un pays civilisé, l'impression que les choses n'ont pas beaucoup évolué depuis les âges préhistoriques. Comme le disait un célèbre anonyme : "Les États-Unis sont le seul pays à être passé à la décadence sans connaître la civilisation." Cet ouvrage en apporte des preuves frissonnantes.

Citation

La police, me répond-il franchement. Une bonne partie de la jeune génération écoute les conseils de l'ancienne : ne dites rien. Il y a des choses qu'on ne pourrait pas me faire avouer, même si on me payait un million de dollars.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 22 octobre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page