Les Disparues du tableau

Tous s'approchèrent pour mater, en se couvrant le nez et la bouche d'un mouchoir. Pour ce qu'on pouvait y comprendre, c'était un homme de près de soixante ans, complètement nu, très abimé. Le visage était un amas de chairs et d'os.
Andrea Camilleri - La Danse de la mouette
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 25 novembre

Contenu

Roman - Policier

Les Disparues du tableau

Tueur en série - Procédure - Artistique MAJ jeudi 12 novembre 2020

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Daria Desombre
Traduit du russe par Julia Chardavoine
Paris : Le Masque, septembre 2020
314 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-7024-4906-6
Coll. "Grands formats"

Natures mortes

À Moscou, une jeune femme est retrouvée morte chez elle. Le policier de choc Andreï Yakovlev est chargé de retrouver le coupable, et l'on suspecte un tueur en série. Cela a l'air d'être une bonne idée puisque c'est le troisième cadavre découvert, avec dans ses mains, une esquisse de tableau. Andreï Yakovlev en profite pour renouer avec Macha Karavaï, une étudiante en droit et stagiaire au sein de la police de Moscou, sorte de profileuse débutante, spécialiste de peinture et très cultivée. Cette dernière reconnait d'ailleurs dans l'esquisse de tableau une œuvre du peintre Ingres. Les choses se compliquent car il semblerait qu'il ne s'agit pas de copies mais des originaux (et que ce sont les originaux qui ont disparu d'un musée français). Il faut donc trouver un peintre et dessinateur russe qui serait resté inconnu, mais qui chercherait des modèles ressemblant à ceux de tableaux anciens pour les copier. Au fil de l'enquête, on découvrira que ces copies sont utilisées pour des actions "humanistes".
Nous voici donc face au deuxième volet d'une série qui met en scène les enquêtes, en Russie, d'un policier et d'une jeune femme fragile, douée et intelligente. Le policier est amoureux de la jeune femme, qui le lui rend bien, mais qui rencontre quand même d'autres hommes (en tout bien tout honneur), ce qui a le don de le rendre éminemment jaloux. Leur enquête qui oscille entre une procédure classique et des actions plus individualistes se situe dans la moyenne de ce qui se lit actuellement. Le récit, à part des remarques sur l'état sanitaire déplorable des maisons de retraite, ne parle pas beaucoup de la situation politique du pays, l'intrigue se concentrant surtout sur les relations complexes entre les deux personnages principaux, et avec des chapitres alternés qui présentent le coupable depuis son enfance et la naissance de son obsession pour Ingres et les femmes nues dans les baignoires et les hammams. Cela fait de ce roman un récit classique, écrit de manière classique, agréable à lire mais sans grandes aspérités qui le rendraient singulier.

Citation

Il enfila son casque et se dit qu'il n'avait pas du tout envie de boire un coup avec ces gens-là. Et pas de ce genre de boissons non plus. Perrin aimait la vodka. Et les raviolis russes, énormes, farcis de viande juteuse. Il avait oublié comment ça s'appelait.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 12 novembre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page