Starvation Lake

L'édito, en anglais, était très bref : où fallait-il chercher les causes de la violence ? Dans la société ? Le contexte historique ? L'éducation ? Ou dans ces portions de chromosomes que l'on appelle les gènes ?
Franck Thilliez - Gataca
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 21 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Starvation Lake

Énigme - Sportif - Disparition MAJ vendredi 07 mai 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Brian Gruley
Starvation Lake - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Benjamin Legrand
Paris : Le Cherche midi, novembre 2009
472 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7491-1530-6

Ambiance virile

Gus Carpenter, trente-quatre ans, journaliste, est revenu dans sa petite ville natale Starvation Lake après avoir connu des déboires dans un journal national à Détroit. Il décide de mener une enquête lorsque réapparaît la motoneige ayant appartenu à son ancien entraineur de hockey sur glace Jack Blackburn. Celui-ci est considéré comme mort noyé dans les eaux glacées du lac un soir de beuverie vingt ans plus tôt. Non seulement un impact de balle est retrouvé sur la motoneige, mais en plus le véhicule n'est pas retrouvé dans le lac où l'entraineur est supposé avoir sombré. Les habitants commencent à se poser des questions, ressortent une vieille légende de tunnels subaquatiques comme explication. Cela ne satisfait pas notre journaliste qui n'échappe pas aux quolibets car personne ne lui a pardonné d'avoir fait perdre son équipe au hockey quand il était gamin. Il côtoie tous ses anciens coéquipiers et se rend vite compte que des histoires un peu louches se trament également entre eux. Par sa sagacité, il va mettre à jour une histoire de pédophilie et se demander peu à peu si Blackburn est mort ou a tout bonnement mis les voiles pour échapper au scandale.

L'auteur use et abuse des flashbacks qui sont sensés apporter un éclairage au récit. Cependant, on finit par se perdre, à ne plus trouver d'intérêt, tellement on s'enlise et pas que dans la neige ! Et si vous n'aimez pas le hockey sur glace, abstenez vous car il nous sert des descriptions de matches qu'on finit par lire en diagonale. En effet, il s'agit toujours du même match perdu qui aurait dû amener l'équipe de Starvation Lake au titre de champion d'État. On se demande comment Gus a pu revenir s'occuper du journal local plutôt que rester à la grande ville. Finalement la vie dans une petite ville de province du grand Nord américain nous apparaît comme on se l'imaginait… chiante !


On en parle : Alibis n°37

Citation

Malgré mes années d'absence, malgré mon envie d'être loin d'ici, je sentais encore que je connaissais bien ces gens et que je pourrais les amener à me dire au moins un semblant de vérité

Rédacteur: Axelle Simon dimanche 03 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page