La Punition de l'océan

Le bouffeur de macaroni ouvrit son étui à violon et avec les gestes d'un magicien en sortit une Joséphine flambant neuve. Un glaçon me glissa dans le dos avant de plonger dans ma raie du cul.
Serguei Dounovetz - Fleur de bagne
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Corps et l'âme
Frank Elder a fait partie des forces de police. Il y a sept ans, il a sauvé in extremis sa fille qui avai...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 28 février

Contenu

Roman - Policier

La Punition de l'océan

Énigme - Ésotérique - Assassinat MAJ lundi 15 février 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9 €

David Contel
Pau : Cairn, janvier 2021
216 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-35068-925-8
Coll. "Du noir au Sud"

Au large de l'amer

Les Vikings sont-ils remontés jusqu'en Gascogne au Moyen Âge ? Une hypothèse hardie, mais soutenue par quelques historiens... et qui prend une drôle de résonance lorsqu'une jeune femme est découverte sur la plage de Contis. Elle a été soumise au rituel de la "Punition de l'océan", soit enterrée dans le sable pour être noyée par la marée. Mais pour l'ancien prêtre retraité Bertrand de Laparayre, revenu d'Afrique pour passer sa retraite à assouvir sa passion nouvelle pour la moto, c'est le rappel d'une réalité qui n'a rien à voir avec les livres d'histoire. Trente ans plus tôt, alors jeune curé, il avait reçu l'aveu d'un paroissien ayant commis un crime semblable. Couvert par le secret de la confession, bien sûr. Le prêtre découvre que le coupable, nommé Fernand Badie, est toujours dans la région, quoique désormais bien trop vieux pour tuer qui que ce soit. Au contraire, il vit dans la terreur, recevant des lettres anonymes avec régularité depuis dix ans. Tout ceci pour avoir acheté des parchemins relatifs à une présence viking vingt ans auparavant, détenant un secret pour lequel quelqu'un est prêt à tuer... Lorsque Badie est assassiné à son tour, l'ex-prêtre va faire équipe avec la gendarme Marcia Fromentini alors qu'ils affrontent un criminel vraiment retors...
Plus de cent titres pour cette collection qu'on aime bien à k-libre ! L'heure des bilans, plus que positif : l'éditeur s'attache à défendre un polar de distraction pure parfait pour les nostalgiques de certain détective octopode, avec très peu de déchets et quelques auteurs de prestige (Gilles Vincent, Cesare Battisti...). Et ce roman n'est pas différent, avec un point de départ et un personnage central attachants, prêtre défroqué grand chevaucheur de Royal Enfield, un personnage lunaire qui cependant s'y entend pour mener son enquête. Et en ces temps où le syndrome du livre ventripotent frappe fort, à deux cents pages, l'auteur, Daniel Contel, est loin d'étirer son propos. On aurait pu se passer des intercalaires donnant la parole à quelques personnages historiques qui semblent plus s'adresser aux passionnés de cette culture viking qu'on réévalue récemment loin des clichés (une préface est faite pour eux), mais le tout est réussi, au point d'espérer de ne pas avoir à attendre trois ans le prochain roman de l'auteur...

Citation

Un ressenti puissant qui était monté en lui jusqu'à le pousser à quitter l'église. Une expérience africaine, païenne, quelque chose au-delà de la foi que le Bon dieu ne suffisait plus à contenir. Il se sentait faire partie de l'univers et avait grande confiance en sa nature humaine. Cela réchauffait ses vieux os et emplissait son cœur pour qu'il puisse à son tour réchauffer les autres.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 15 février 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page