Les Ténèbres d'Orcus

J'ai eu de tout dans ma cellule, des violents, des dingues, des déprimés, des fatalistes ; des braqueurs, des drogués, des suicidaires, des drogués-suicidaires… C'est comme si la prison me proposait la bande-annonce.
Pierre Lemaitre - Cadres noirs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Corps et l'âme
Frank Elder a fait partie des forces de police. Il y a sept ans, il a sauvé in extremis sa fille qui avai...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 28 février

Contenu

Roman - Policier

Les Ténèbres d'Orcus

Social - Assassinat - Rural MAJ mercredi 17 février 2021

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,9 €

K. Bellatrix
Paris : Librinova, décembre 2020
256 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 979-1-03594-086-7

Meurtre dans le Morvan

Rillon-en-Morvan est un petit village tranquille du Morvan. Enfin tranquille jusqu'à ce qu'on découvre un cadavre et que la gendarmerie locale commence l'enquête. Car le mort a été décapité et les locaux ne se bousculent pas au portillon pour signaler leurs témoignages. Le gendarme Chevrillon, malgré une sainte horreur de la campagne profonde, décide de séjourner dans le village pour en savoir un peu plus et découvrir la vérité. Mais, entre les taiseux, ceux qui lui manifestent clairement leur hostilité, et le fait que la vérité se cache peut-être dans des crimes commis par la génération précédente, des crimes couverts par le noble du coin qui a conservé malgré la révolution sa capacité de contrôle sur la population, les pistes restent creuses et les indices dispersés. La vérité n'est pas prête à sortir du puits.
Évocation d'un milieu campagnard hostile, où le groupe des chasseurs fait sa loi, le roman de K. Bellatrix n'est pas un thriller au sens strict du terme, mais une longue plongée inquiète dans un milieu fermé avec ses propres règles. Du coup, l'enquête s'englue dans cette pesanteur provinciale, rurale, où tuer un homme, violer un enfant ou égorger un sanglier sont des activités diverses et variées, mais aussi logiques les unes que les autres. Pour le reste, le style et l'intrigue sont donc très classiques, ressemblant un peu à ces polars régionaux dont sont coutumiers les chaînes de télévision, avançant le long d'une histoire assez convenue, où les poids des traditions et des figures locales imposent et aplatissent quelque peu le thriller et lui enlèvent une partie de sa puissance. La lecture n'est pas désagréable, mais elle s'oublie quasiment aussi vite qu'elle s'est effectuée.

Citation

L'officier fait chauffer de l'eau, verse un sachet de café lyophilisé et remue. Il se remémore son échange avec le baron et l'entend lui intimer de rester à sa place. Chevrillon lâche, sarcastique : C'est lui qui aurait dû faire attention.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 17 février 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page