Vol AF 747 pour Tokyo

Entouré par le mal, éduqué par le mal, nourri par la main du diable ; tout le tracé de sa vie se résumait au fait qu'il n'avait jamais rien connu d'autre que la violence, le sang, la solitude et la vengeance...
Fabio M. Mitchelli - La Verticale du mal : le dernier festin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 13 avril

Contenu

Roman - Policier

Vol AF 747 pour Tokyo

Huis-clos - Énigme - Whodunit MAJ mercredi 10 mars 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Nils Barrellon
Paris : Jigal, février 2021
240 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-37722-107-3
Coll. "Polar"

Le cokpit était fermé de l'intérieur

Dès le départ, Nils Barrelon nous offre un petit clin d'œil sympathique en affublant son chef de police du nom de Frédéric Larsan, bien connu des amateurs de romans policiers. Sans parler du titre dont la référence à ce brave Tintin n'est sans doute pas là pour rien. Mais qui est donc le policier qui va être au centre de cette histoire ? Pas un héros tourmenté, bagarreur, tirant tous azimuts et noyant sa déprime dans l'alcool, non d'ailleurs le roman s'ouvre par son pot de départ en retraite. Et lorsqu'il va prendre l'avion, son épouse achète un livre pour le trajet et s'offre un roman policier de meurtre en chambre close, ce qui le surprend, d'une part parce que lire des romans policiers lui semble peu intéressant et parce qu'il a un peu de mal à comprendre le principe d'un meurtre dans une pièce fermée. Mais pourquoi prend-il l'avion ? Justement parce que c'est son cadeau de retraite. Aller au Japon, d'où est originaire sa femme. Alors qu'ils se préparent un voyage tranquille, voilà que des événements bizarres se passent dans le poste de pilotage. En tout cas, le pilote s'est retrouvé seul dans la cabine et a été tué. Aucun moyen d'entrer et de sortir d'un cockpit protégé contre les terroristes. Pierre Choulot, notre policier retraité (les amateurs d'anagrammes apprécieront) va essayer de mobiliser ses petites cellules grises pour confondre le meurtrier. Voilà donc un roman réjouissant à la fois fin et drôle, qui revient sur un meurtre en chambre close (un domaine désuet abandonné aux anciens maîtres du genre, à l'exception notable des excellentes tentatives souvent réussies de Paul Halter), avec des fausses pistes, des indices qui n'en sont pas, avec du suspense (car l'avion fait sa trajectoire, sans pilote, au plein milieu d'une belle tempête) et une enquête classique, mais menée avec soin et avec des anecdotes sur le voyage, sur les hôtesses, etc. qui lui donne le charme agréable de retrouver un livre vintage (mais ce n'est vraiment pas péjoratif sous ma plume), amusant, intelligent et sensible.

Citation

Pierre se tut un instant puis ajouta, sans vraiment s'adresser à son interlocuteur, comme s'il pensait à voix haute :
- Dans la plupart des affaires, le mobile amène au suspect. Ici, c'était l'inverse...

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 10 mars 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page