La Patrouille de l'aube

Les verres étaient trop sales, la nappe couverte de miettes et les cuisses de poulet trop cuites ; la chapelure formait une croûte noire sur le dessus. Barbara perdait le nord. Même son rouge à lèvres filait à l'Anglaise.
Sophie Loubière - White coffee
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 21 juillet

Contenu

Roman - Policier

La Patrouille de l'aube

Disparition - Drogue MAJ mercredi 06 janvier 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Don Winslow
The Dawn Patrol - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Franck Reichert
Paris : Le Masque, janvier 2010
350 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7024-3444-4

Cool man, prends la vague et vole !

La patrouille de l'aube, c'est un groupe soudé animé par la passion du surf : il y a Johnny, un policier d'origine japonaise ; Dave, un sauveteur en mer qui accepte de faire profiter de sa connaissance des courants quelques petits trafiquants d'herbe qui veulent importer des végétaux en contrebande ; Sunny, une jeune femme qui survit comme serveuse de bar et attend la grande vague qui lui permettra de se faire connaitre et d'entrer ainsi dans le circuit professionnel.
Il y a surtout son amant/amour : Daniels Boone. Il a d'abord été policier mais alors qu'il venait de procéder à l'arrestation du suspect d'un kidnapping et d'actes pédophiles, il n'a pu se résoudre à le torturer, avec l'aide de son collègue, pour lui faire avouer où était la petite fille. Du coup, marginalisé, il a dû démissionner. Mais entre le surf, ses relations (il a notamment sauvé le fils d'Eddie de la noyade et depuis le millionnaire le soutient) et quelques petits boulots comme détective privé il survit.
Bientôt va débouler une vague gigantesque, une comme en rêvent tous les surfeurs !
C'est le moment que choisit Petra pour arriver dans la vie de Boone. Elle est avocate et lui demande de retrouver Tammy, une strip-teaseuse disparue qui doit témoigner contre Dan Silver, son patron, qu'elle a vu mettre le feu à un de ses entrepôts pour toucher la prime de l'assurance. Alors que le procès approche, personne ne sait où elle se trouve. Boone mène une enquête qui le conduit jusqu'à une jeune femme retrouvée morte, jetée depuis la fenêtre d'un hôtel. Une des amies de Tammy ! Boone a la certitude cependant que Tammy était aussi dans cette chambre. Il y a également des traces du passage d'une enfant. Tout se complique pour Boone lorsqu'il découvre que Dan Silver, aussi fort truand qu'il soit, travaille en sous-main pour Eddie ! Le même Dan Silver est également le commanditaire des trafiquants qui emploient Dave. Pour compliquer les choses, le meurtre de la défenestrée a été confié à Johnny. Pendant que tout le monde s'agite, Sunny, elle, se prépare pour la grande vague, et elle aurait bien besoin des amis de la patrouille...

Don Winslow est un auteur lié à la contre-culture : ses personnages vivent leurs petits rêves, avec des passions marginales comme les pétards, la vie tranquille et le surf. Ce monde se trouve confronté brutalement, malgré leurs refus de l'admettre, aux pires aspects de la société (car nous n'avons rien défloré : l'attaque contre Tammy cache quelque chose de terrible) et les héros de Don Winslow n'y survivent que parce qu'ils croient à l'honneur, c'est-à-dire à la fidélité à leur propre existence : Boone a refusé de torturer un pédophile mais depuis cette affaire, il continue à chercher le coupable et garde des affaires et des photos de la jeune fille disparue. Tout le roman respire cette empathie à fleur de peau, cette manière de décrire avec force des personnages, faisant presque monter des larmes aux yeux du lecteur. Don Winslow a le talent de nous embarquer dans la course-poursuite du détective, de nous faire partager un sauvetage chaotique en mer ou de dresser en deux pages un portrait superbe (le vieux grand-père japonais de Johnny) et de nous faire partager la lutte de Sunny pour s'offrir cette vague de légende. Le tout sans oublier une distance salutaire et de l'humour tendre pour éviter le cynisme de l'époque.
Une réussite totale, un grand moment de lecture pour achever 2009 et surtout bien commencer, polardement, 2010...


On en parle : 813 n°107 |La Vache qui lit n°110 |Carnet de la Noir'Rôde n°39

Citation

Il continue de porter une chemise noire, un jean noir et un épais ceinturon noir à la grosse boucle d'argent, ainsi que des bottes de cow-boy noires avec des talons biseautés. C'est sa marque de fabrique. Il a l'air d'un trouduc logoïsé.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 06 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page