Petite bombe noire

Les Turcs de l'immigration, ils ne connaissent que le foot. L'âme de la ville, du pays, ils n'en savent plus rien.
Larif Marsik - Tremblement de terre : Istanbul, 17 août 1999
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 16 décembre

Contenu

Roman - Policier

Petite bombe noire

Terrorisme MAJ vendredi 19 février 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,8 €

Christopher Brookmyre
A Big Boy Did It an Ran Away - 2001
Traduit de l'anglais (Écosse) par Emmanuelle Hardy
Paris : Points, janvier 2010
542 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-1561-8
Coll. "Policier", 2272

Faut pas jouer au plus malin avec la police de Glasgow

Aberdeen, Écosse. Martin est un petit bébé comme les autres sauf qu'il a la fâcheuse habitude d'avoir une colique permanente qui le fait à la fois hurler et pleurer. Ses parents, Roy et Kate, se relaient pour le bercer et le rassurer. Difficile dans ces conditions de rentrer directement du travail. Roy, préfère rester dans les embouteillages qu'affronter La Vraie Vie. Le spécialiste des Shoot them up, des Doomlike, ces jeux vidéo où l'on est seul contre le reste terroriste ou monstrueux du monde, peut même préférer se perdre un temps dans l'aéroport de la ville. C'est d'ailleurs là qu'il croise le regard de Simon. Seulement voilà : Simon est mort des années plus tôt. Il était dans un avion en partance de Stavanger qui a explosé en vol.

Le soir même, deux tueurs tendent une embuscade à Roy. Il s'échappe miraculeusement et tout s'enchaîne. Il se fait enlever pendant un cours d'anglais (où il a eu le malheur des dessiner des bites au tableau) alors que deux des cancres de sa classe s'étaient introduits dans le camion des ravisseurs. Et c'est lui qui va alors se retrouver accusé d'être un odieux pédophile que toutes les polices (ou presque) recherchent. Car pendant ce temps, justement, la police a les nerfs à vif : l'Esprit des ténèbres, un terroriste froid, calculateur et intelligent (dont on ne connait rien) serait sur le point de commettre un des pires attentats au pays de Sa Gracieuse majesté. Angélique de Xavia, jeune inspectrice ambitieuse, que ses collègues surnomment Petite bombe noire, va mener l'enquête.

Ces deux histoires évidemment sont liées. Il va falloir un certain temps à la police pour additionner deux et deux. Le temps pour Roy de jouer le contre-espion de première qui sue sang et eau (cette dernière à une importance vitale dans le récit qui nous préoccupe) au pays de Sean Connery (n'est pas James Bond qui veut, n'est-ce pas Roger ?). Christopher Brookmyre dresse un portrait intelligent de son intelligent de terroriste (très habile pour devenir terroriste, mais qui pète totalement les plombs de manière infantile dans cette mission, commettant impair sur impair jusqu'à sa disparition). Le suspense, savamment dosé, cohabite avec un humour caustique ravageur, de petites phrases bien senties, et Roy, véritable personnage principal de ce récit (après tout il connait Simon et son ego), dans un généreux élan de générosité galante cède alors sa place dans l'action finale pour permettre à Angélique de Xavia de lâcher un tonitruant "faut pas jouer au plus malin avec la police de Glasgow". Et comme par miracle, les coliques de Martin cessent en même temps que le roman. Il y a des coïncidences troublantes…


On en parle : La Tête en noir n°144

Nominations :
Prix du meilleur polar des lecteurs de Points 2010

Citation

Les terroristes, c'est comme les touristes. Ils débarquent à Londres en premier.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 06 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page