Les Secrets de l'affaire Troadec

J'étais d'ailleurs sincèrement convaincu qu'en cette année 1941 Shanghai – la monstrueuse cité cosmopolite où sous fond de tragédie internationale s'affrontaient tant d'intérêts complexes et divergents, où se croisaient nazis et anti-nazis, agents du renseignement et maîtres chanteurs, médecins escrocs et fausses princesses, demi-mondaines et gigolos, espions et trafiquants de drogue, joueurs et maquereaux, taxi-girls et gangsters, soldats et réfugiés du monde entier – représentait l'observatoire le plus passionnant de l'évolution de la guerre en Extrême-Orient ; le plus passionnant mais aussi sans doute le plus dangereux.
Romain Slocombe - Shanghai Connexion - L'océan de la stérilité 3
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 25 octobre

Contenu

Essai - Policier

Les Secrets de l'affaire Troadec

Guerre - Faits divers - Prétoire MAJ dimanche 16 mai 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Béatrice Fonteneau & Jean-Michel Laurence
Paris : Archipel, mai 2021
240 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-8098-4047-6

Meurtres en silence

C'est une affaire criminelle qui a bouleversé la France et plus particulièrement Nantes et ses environs puisque, après le mystère de la famille disparue Dupont de Ligonnès (avril 2011), celle des Troadec à Orvault a ranimé la peur en février 2017. Béatrice Fonteneau et Jean-Michel Laurence, anciens chroniqueurs judiciaires à Nice-Matin ont écrit sur ces deux retentissantes affaires. Les Secrets de l'Affaire Troadec débute avec la disparition des quatre membres de la famille (le père Pascal, la mère Brigitte, et les deux enfants Sébastien, vingt et un ans, et Charlotte, dix-huit ans) de leur maison d'Orvault dans un quartier populaire. La voiture du fils a, elle aussi, disparu.
Beaucoup moins médiatisée que l'Affaire de Ligonnès, l'Affaire Troadec n'en est pas moins une histoire rocambolesque qui commence par... l'évacuation secrète de l'or de la Banque de France lors de l'avancée des Allemands sur Paris en 1940. Les auteurs ont choisi de raconter cet épisode car il se trouve au cœur du massacre des Troadec ! L'or, en lingots estampillés et en pièces, fut embarqué pour l'Irlande et les USA, mais une caisse tomba (probablement) dans le port de Brest. Et c'est cet or récupéré, planqué (toujours probablement) et découvert plus tard (soit disant) dans un bâtiment du grand-père Troadec, qui va être l'élément déclencheur de notre histoire criminelle. Est-ce un fantasme familial entretenu savamment par la grand-mère ? Est-ce une réalité ? En tout cas, ce fut la bombe qui fit exploser la famille Troadec : Pascal s'emparant soit disant du trésor dans la maison de sa mère et se vantant de l'avoir planqué "à l'étranger" ; Hubert Caouissin, son beau-frère marié à la sœur de Pascal, développant alors "un délire chronique à mécanismes interprétatifs et intuitifs à thématique persécutive, un délire de type paranoïaque sur fond d'une personnalité présentant elle-même des traits paranoïaques affirmés" d'après les experts. Car Hubert Caouissin est venu du Finistère la nuit à Orvault pour écouter les propos des Troadec avec un stéthoscope et tenter de s'emparer de leurs clés pour en faire des doubles et revenir plus tard pour chercher le trésor ou, du moins, des documents sur lui. Pascal et Brigitte, puis leurs grands enfants s'étant réveillés, Hubert a avoué les avoir tous massacrés à coups de pied de biche arraché des mains de Pascal au cours de violentes bagarres. Et pas un bruit n'a réveillé le couple habitant la maison jumelle à mur commun.
En se servant surtout d'extraits de presse et d'interventions des avocats, puisque le procès n'est pas encore tenu, la police et la justice observant le silence, les auteurs adoptent un style informatif, compilent les articles et les interviews, citent les grandes affaires criminelles bretonnes du moment, décrivent les lieux où ils se rendent, tout en découpant habilement leurs chapitres. L'histoire de l'or de la Banque de France, au premier plan lors de l'ouverture du livre, s'atténue et disparaît derrière le récit de l'enquête du massacre puis de la disparition des corps et de la voiture du fils qu'on retrouvera à Saint-Nazaire. Priment, de fait, les pistes et surtout les fausses pistes laissées par le coupable, ses aveux, et l'importance de la participation de sa femme, sœur de Pascal. Mais, heureusement, l'or était une carte que les auteurs gardaient dans la manche ! Même si les recherches lancées auprès des banques monégasques et andorranes n'ont rien donné, il apparaît que, certainement, des éclaircissements apparaîtront au Tribunal de Nantes du 21 juin au 9 juillet prochain lors du procès du couple Caouissin. Voici donc un document nécessaire car il aborde d'une façon pertinente la dérive psychologique, le passage à l'acte et surtout l'horrible effacement des traces du crime d'un homme apparemment normal.

Citation

L'affaire des disparus ne fait plus la une de l'actualité. Instant de répit profitable à tous les acteurs de l'enquête. À commencer par le procureur de la République de Nantes, étrangement silencieux en ce début de week-end. Il sait pourtant que l'enquête avance à grands pas. Ce silence de façade cache une réalité de terrain plus exaltante.

Rédacteur: Michel Amelin dimanche 16 mai 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page