Cadres noirs

Tu es flic, tu travailles sur les faits, moi je regarde ailleurs, autrement. Et les mères violeuses ou assimilées, c'est l'angle mort des statistiques des violences faites aux enfants. C'est ce que les spécialistes qui ne se voilent pas la face nomment 'l'ultime tabou'.
Danielle Thiéry - Tabous
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 31 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Cadres noirs

Vengeance MAJ lundi 01 février 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Pierre Lemaitre
Paris : Calmann-Lévy, février 2010
352 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-4070-3
Coll. "Suspense"

Actualités

  • 04/03 Édition: Parutions de la semaine - 4 mars
    Beaucoup de parutions, mais bien peu de livres sur lesquels s’extasier, du moins en grand format. Les éditions Rivages explorent de temps en temps le polar historique, et cette Budapest la noire, de Vilos Kondor est de toute beauté ; Christian Bourgois avec le surprenant Illustrado, de Miguel Syjuco, se penche sur les raisons de la mort d'un auteur dans l'eau de l'Hudson. Meurtre ou suicide ? Une multiplication rigoureuse de styles dans un récit à nombreuses voies à des époques différentes.
    Mais les ouvrages au format poche proposent une tout autre variante. Langue pour tous propose des nouvelles bilingues de Chandler et Bloch, La Tengo avec Fractale, de Marin Ledun, se lance dans les pièces de théâtre noires et les éditions Asphalte nous promettent de gravir le Golgotha, de Leonardo Oyola. Bref... Que du bonheur :

    Grand format :
    L'Homme de Kaboul, de Cédric Bannel (Robert Laffont)
    Le Voleur d'âmes, de Ann Benson (Le Cherche Midi, "Thriller")
    Entre deux verres, de Lawrence Block (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Les Gardiens de l'obscur, de Bernard Carlier (Le Toucan, "Toucan noir")
    Faute de preuves, de Harlan Coben (Belfond, "Noir")
    Havre des morts, de Patricia Cornwell (Les 2 Terres, "Best-seller")
    Enquêtes de Solar Pons, de August William Derleth (Les Moutons électriques, "Bibliothèque voltaïque")
    Les Suicidés, de Antonio Di Benedetto (José Corti, "Ibériques")
    Frontières mouvantes, de Knut Falbakken (Le Seuil, "Policiers")
    Le Tueur de l'ombre, de Claire Favan (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    Budapest la noire, de Vilmos Kondor (Rivages, "Thriller")
    La Rivière perdue, de Michael Koryta (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Le Mouroir aux alouettes, de Virginie Lauby (Ex aequo, "Rouge")
    La Verticale du fou, de Fabio M. Mitchell (Ex aequo, "Rouge")
    Lune trompeuse, de Ben Pastor (Actes sud, "Actes noirs")
    La Dernière toile de Vincent Van Gogh, de Jean-Luc Piette (Confluences)
    Impact, de Douglas Preston (L'Archipel, "Les Maîtres du suspense")
    Bad boy, de Peter Robinson (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Nephilim, de Asa Schwarz (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Installation, de Bragi Steinar (Métailié, "Bibliothèque nordique")
    Illustrado, de Miguel Syjuco (Christian Bourgois, "Littérature étrangère")

    Poche :
    Les Aventures de Guilhem d'Ussel, chevalier troubadour. 3, Londres, 1200, de Jean d'Aillon (J'ai lu)
    À vous de tuer = To Kill Or Not To Kill, de Robert Bloch & Patrick Quentin (Langues pour tous, "Littérature")
    Les Ennuis, c'est mon problème = Trouble Is My Business, de Raymond Chandler (Langues pour tous, "Littérature")
    Sans laissr d'adresse, de Harla Coben (Pocket, "Thriller")
    Angle obscur, de Reed Farrel Coleman (Points, "Roman noir")
    Les Lieux sombres, de Gillian Flynn (LGF, "Thriller")
    La Poubelle pour aller danser, de Philippe Huet (Baleine, "Le Poulpe")
    Une mort esthétique, de Phyllis Dorothy James (LGF)
    Les Ombres silencieuses, de Mari Jungstedt (LGF, "Policier")
    Fractale, de Marin Ledun (La Tengo, "Pièces à conviction")
    Cadres noirs, de Pierre Lemaître (LGF, "Thriller")
    13 Heures, de Deon Meyer (Points, "Policiers")
    Golgotha, de Leonardo Oyola (Asphalte, "Fictions")
    La Valse des gueules cassées, de Guillaume Prévost (10-18, "Grands détectives")
    On ne peut pas tout avoir, de Ruth Rendell (LGF, "Policier")
    Filiation du crime, de Nora Roberts (J'ai lu)
    Toutes les couleurs des ténèbres, de Peter Robinson (LGF, "Policier")
    Le Destin du colporteur, de Kate Sedley (10-18, "Grands détectives")
    L'Enfant des cimetières, de Sire Cédric (Pocket, "Best")
    Loser, de Jason Starr (Rivages, "Noir")
    Des rats et des hommes, de Tito Topin (Rivages, "Noir")
    Liens : Les Lieux sombres |13 Heures |Golgotha |Toutes les couleurs des ténèbres |Entre deux verres |Budapest la noire |Londres 1200 |La Valse des gueules cassées |Jean d'Aillon |Robert Bloch |Lawrence Block |Raymond Chandler |Knut Faldbakken |Claire Favan |Gillian Flynn |Michael Koryta |Marin Ledun |Pierre Lemaitre |Deon Meyer |Leonardo Oyola |Ruth Rendell |Peter Robinson |Kate Sedley | Sire Cédric |Jason Starr |Tito Topin |Phyllis Dorothy James

  • 16/09 Prix littéraire: Les élus de la sélection estivale du prix polar SNCF
  • 29/08 Prix littéraire: Présélections de l'été des Prix SNCF du polar
  • 31/05 Prix littéraire: Prix SNCF du polar - 11e édition
  • 16/04 Festival: Satisfaction à Lyon
  • 10/04 Prix littéraire: Pierre Lemaître reçoit...

On achève bien les cadres

Alain Delambre a cinquante-sept ans, une femme charmante qui l'aime, deux filles adorables qui commencent à faire leur vie et il a bientôt fini de payer son appartement. Mais boum, sa vie est détruite par sa mise au chômage. Il décide de jouer le jeu et multiplie les petits boulots, mal payés mais qui lui permettent de conserver sa dignité.
Un jour cependant, il est bousculé par son contremaitre et lui file un coup. Tout son fragile équilibre social s'écroule. Que devenir ? De plus, la société a décidé de se servir de lui comme exemple et malgré ses actes de contrition, elle maintient les plaintes qui l'enfoncent davantage. Une dernière solution : il est convoqué pour un entretien par un grand groupe. Il décide de prendre toutes les précautions pour réussir les entretiens. Des entretiens d'un genre particulier puisqu'il faudra tester les cadres d'une entreprise au milieu d'une prise d'otages rendue de manière réaliste et sans que les dits cadres soient au courant. Au dernier moment, il apprend que les entretiens sont truqués et que la candidate finale a déjà été choisie. Toute sa motivation se retourne alors en haine. À présent il se donne les moyens de sa vengeance.

Cadres noirs est un roman très maîtrisé : chaque action entraîne des conséquences logiques et révèle en même temps des faces cachées qu'il convient de gérer le mieux possible (car l'intrigue narrée ne prend en compte que le premier tiers du roman). L'auteur a axé son intrigue autour du seul personnage principal (et un secondaire au milieu du roman) le rendant éminemment humain avec ses forces et ses faiblesses. La façon dont le cadre le plus intégré au système décide de s'affranchir des règles est rendue de manière crédible. De plus, Pierre Lemaitre n'hésite pas à présenter son cadre comme réussissant en appliquant de manière "frauduleuse" des manières qui seraient jugées normales dans le cadre de l'entreprise et pour le bien de sa société. Là, où le talent s'exerce, c'est en montrant que le héros même s'il gagne n'obtient qu'une victoire à la Pyrrhus : certes il s'en sort mais le prix à payer est très lourd, et ce sont ses aspects qui rendent encore plus noire cette description de l'univers. Là où Donald Westlake avec Le Contrat jouait presque sur la fable et le cynisme drôle, Pierre Lemaitre tire vers le registre réaliste et il embarque le lecteur avec lui.


On en parle : La Tête en noir n°146

Récompenses :
Prix du polar européen du Point 2010

Nominations :
Prix Arsène Lupin 2010

Citation

J'ai eu de tout dans ma cellule, des violents, des dingues, des déprimés, des fatalistes ; des braqueurs, des drogués, des suicidaires, des drogués-suicidaires… C'est comme si la prison me proposait la bande-annonce.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 07 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page