La Nuit tombée sur nos âmes

Le temps semble filer plus vite à mesure qu'on vieillit. C'est comme une émission qui passerait en boucle, tous les soirs de la semaine. Mon métabolisme n'a jamais le temps de récupérer entre deux cuites. On s'en fout, je bois surtout du vin, et le vin, c'est bon pour la santé.
Laura Hird - Nouvelles d'Écosse
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 16 septembre

Contenu

Roman - Noir

La Nuit tombée sur nos âmes

Politique - Social - Complot MAJ lundi 13 septembre 2021

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Frédéric Paulin
Paris : Agullo, septembre 2021
272 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-38246-003-0
Coll. "Agullo Noir"

Au cœur des cortèges et des têtes

Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le rend perméable au chantage. Il se retrouve donc "sous la coupe" de deux policiers qui se servent de lui comme indic. Il vient de rencontrer dans une manifestation Nat, d'une autre branche de la grande famille désunie de gauche, prompte à l'action violente. En cette année 2001 et ensemble, ils décident de se rendre au grand rassemblement anti-mondialisation qui se tiendra en marge du G8 à Gênes. C'est dans la ville italienne qu'il y a, entre autres, Carli, un conseiller italien à la sécurité, ancien des groupes fascistes, qui a fait de l'entrisme et travaille maintenant pour le tout nouveau gouvernement de Berlusconi. Il entend bien se servir des manifestations pour montrer que l'État est puissant et ne se laissera pas faire, y compris par des gauchistes altermondialistes. Il a donc pris contact avec Lamar, un simple conseiller et rédacteur de discours pour le président Chirac, et qui est censé faire la jonction sécuritaire avec les Italiens lors du G8. Il a appris que les services de sécurité ont envoyé deux policiers français à l'intérieur des groupes de manifestants pour pouvoir renseigner de l'intérieur les forces de police. Ces deux policiers sont les encadrants de Wag, et ils comptent sur lui pour se faire accepter au sein des groupes gauchistes. Lorsque les manifestations débutent, Wag croise Génovéfa, une journaliste, et décide de rester à ses côtés, car elle devrait pouvoir témoigner en cas de violences policières. Mais en se promenant, la journaliste a pris en photo Carli en grande conversation avec des militants fascistes, déguisés en black bloc, afin de faire monter la tension. Elle parvient à s'enfuir mais ne sait comment diffuser cette information. La tension monte logiquement lors des manifestations...

S'appuyant sur une documentation serrée, Frédéric Paulin continue son travail de décryptage du monde tel qu'il est. Après sa trilogie "Tedj Benlazar", justement remarquée, sur les milieux terroristes et les implications étatiques qui les entourent, il nous offre ici un retour bien vu sur un événement qui aurait dû rester dans les mémoires. La première partie de son récit relate les causes et comment tout a commencé, la seconde décrit - avec force et vision -, la situation de chaos et comment certains en ont profité. L'auteur, même si l'on peut se douter de ses propres sympathies, n'entre pas dans un cadre manichéen et crée des personnages réalistes, vivants, essayant de fonctionner entre leurs convictions et leurs défauts, pris dans la tourmente d'un événement manipulé et qui les dépasse. Les positions idéologiques sont exprimées en quelques lignes mais reflètent les complexités que l'on voit encore ressurgir dans des manifestations plus récentes. Avec ses propres expériences, sa propre documentation et son propre style, Frédéric Paulin est sans doute le meilleur des "disciples" de Jean-Patrick Manchette dans sa description aiguisée du monde politique et des forces sociales. Son œuvre, qui commence à s'étoffer, est donc fort logiquement à suivre.

Citation

Une jeune femme masquée d'un foulard noir échappe de peu au poitrail d'un hongre caparaçonné. Elle rit en lançant une pierre qui rebondit sur le casque du cavalier. Un homme propulse un pavé sur la vitrine de l'agence NordBanken.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 13 septembre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page