Evergreen Island

Ses rêves de succès se sont éteints comme s'éteignent un à un les lampions après une fête. Un seul lampion est resté allumé, un seul a résisté, ne s'est pas éteint.
Marc Welinski - Blue Velasquez
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 22 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Evergreen Island

Psychologique - Disparition - Insulaire MAJ mercredi 06 octobre 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,9 €

Heidi Perks
Come Back For Me - 2019
Traduit de l'anglais par Carole Delporte
Paris : Préludes, octobre 2021
440 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-253-08080-0
Coll. "Préludes noir"

Enfermements multiples

Evergreen est une petite île où tout le monde se connait. Dans la famille Harvey, David, le père, s'occupe du ferry, et sa femme et leurs trois enfants, Bonnie, Danny et Stella croient y vivre heureux. Un jour cependant arrive Iona qui se lie d'amitié avec Bonnie. Mais Iona repart sur le continent de manière abrupte et les enfants ont du mal à comprendre. L'événement important est cependant la décision prise par le père lors d'une violente tempête de ramener sa famille sur le continent. Là-dessus des années ont passé. Vingt-cinq, plus exactement. La mère est morte, le père est atteint d'Alzheimer, Bonnie est une mère de famille angoissée, Danny a disparu et Stella essaie de se construire en travaillant comme psychologue (comme quoi, le problème des cordonniers les plus mal chaussés fonctionne toujours). Mais le passé va revenir frapper de plein fouet : on vient de découvrir sur l'île le cadavre enterré d'une jeune fille, qui plus est au fond du jardin de l'ancienne maison de la famille Harvey... Stella veut comprendre et se rend sur l'île, où elle découvre surtout des nœuds de vipère et des gens qui lui en veulent, qui préfèrent que les secrets restent enfouis, tous les secrets, et Dieu sait s'il pourrait s'en cacher derrière les non-dits de chaque famille (Danny est un être peu doué pour les contacts humains, un des voisins est peut-être pédophile, qui se cache derrière les larmes du père ?). Tout s'accélère encore lorsque Danny réapparait et s'accuse du crime.

Sur des bases très classiques, et une résolution qui le sera tout autant, Heidi Perks ne fait pas œuvre de précurseur. Elle s'inscrit dans la tradition des polars psychologiques, des secrets de famille, des choses cachées depuis des générations, des failles que chacun possède et qui pourraient, vu de l'extérieur, être des indices d'une culpabilité. Lorsque la police parviendra à mettre un nom sur le cadavre, le suspense est relancé. Grâce à une construction faite d'allers-retours, le récit maintient le suspense et permet une lecture agréable, jouant avec la nostalgie, dans une atmosphère où la déprime est un peu plus accentuée que dans d'autres ouvrages du même genre.

Citation

Il est étonnant que je n'aie pas immédiatement reconnu l'endroit, alors que ses moindres détails sont gravés dans ma mémoire. Alors qu'il me suffit d'invoquer mes souvenirs pour en avoir une reconstitution fidèle. Mais ce n'est pas la même maison. Pas tout à fait.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 23 septembre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page