Caïn et Adèle

Mais qu'évoque Versailles, au juste ? Le Roi Soleil, le château et les jardins de le Nôtre, les splendeurs de la royauté ? Qui sait qu'à Versailles est installée une Direction régionale de la Police judiciaire, un des plus importants services territoriaux de la Direction centrale de la Police judiciaire de France ?
Danielle Thiéry & Alain Tourre - Police judiciaire : 100 ans avec la crim' de Versailles
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 22 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Caïn et Adèle

Psychologique - Tueur en série MAJ samedi 16 janvier 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6 €

Régis Descott
Paris : LGF, octobre 2008
312 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-253-12291-3
Coll. "Thrillers", 31137

Jours de folie

Le Docteur Suzanne Lohmann a quitté son poste du célèbre Pavillon 38 de l'asile pour fous dangereux, et a ouvert un petit cabinet de consultation psychiatrique. Sa vie est calme. Elle se reconstruit, tout comme elle tente de reconstruire sa cellule familiale avec ses filles, mais "le stress et l'agitation de l'unité lui manquent, désormais livrée à elle-même dans son cabinet silencieux, vigie des détresses quotidiennes accablant des citadins anonymes, elle qui s'est grisée au contact des schizophrènes, paranoïaques et grands pervers, dont les affections n'engendrent pas un simple mal-être, mais des gouffres où il s'abîment eux-mêmes, entrainant leurs victimes éventuelles, voire le corps médical et ses certitudes". Le calme et sa petite routine vont voler en éclat lorsque L'Anaconda, un redoutable serial killer, qu'elle avait collaboré à arrêter, va s'échapper du Pavillon 38.
"Elle regrettait la fréquentation de l'abîme ? Elle est servie."
Suite du très bon Pavillon 38, Caïn et Adèle bénéficie du même excellent traitement des personnages et des recherches psychiatriques. Peinant un peu sur le début (ça ressemble assez aux aventures d'Hannibal Lecter lorsqu'il s'échappe), tout reprend sa grandeur dès la deuxième partie avec un livre qui est loin de la simple traque d'un tueur en série. Régis Descott confirme tout le bien qu'on pensait de lui, la fin est assez ouverte pour laisser entrevoir un nouveau roman autour de Suzanne Lohmann, affaire à suivre.

Citation

Les gens veulent comprendre ce qui entraine un homme si loin dans l'horreur ; et comment il a pu agir aussi longtemps sans être inquiété.

Rédacteur: Christophe Dupuis samedi 16 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page