Nos fantastiques années fric

Quand vous ouvrez une fille de la gorge jusqu'à la chatte, c'est pas vraiment un message d'amour
George P. Pelecanos - Un nommé Peter Karras
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 12 novembre

Contenu

Roman - Noir

Nos fantastiques années fric

Politique MAJ mercredi 27 janvier 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,5 €

Dessous politiques

François Bornand est "l'homme du Président", son conseiller privé et créateur de la cellule antiterroriste de l'Élysée. "Ami personnel du Président, influent, c'est sûr, mais un franc-tireur de plus en plus isolé" dit sa fiche aux RG. Esseulé, il va pouvoir le constater : voulant intriguer pour la libération des otages au Liban avant les élections de mars 1986, il a fait livrer, malgré l'embargo, des armes à l'Iran. Mais le 747 contenant les armes a explosé au-dessus de la Turquie... "Ce n'est pas seulement une affaire de concurrence entre marchands d'armes. Il y a une exploitation politique de l'affaire, ici, en France. Un dossier commence à circuler dans les rédactions des journaux parisiens pour dénoncer les trafics d'armes clandestins avec l'Iran, et l'objectif me semble être de déstabiliser les socialistes avant les élections de 1986." … Et par là-même signer la fin de Bornand. Entre tous ceux qui veulent sa fin et Noria Ghozali, une jeune recrue de la police qui va croiser son chemin, "l'homme du Président" ne va pas manquer d'ennemis.

Les livres de Dominique Manotti sont rares et leur sortie est toujours un événement. Avec Nos fantastiques années fric, elle frappait un grand coup comme elle l'avait fait avec Sombre sentier. Marchant sur les traces d'Ellroy (en beaucoup plus court), elle offrait un polar politique où l'histoire côtoie la fiction, et traçait un portrait impitoyable des hommes d'influence sous le premier septennat Mitterrand. Le rythme, porté par un style sec, est endiablé, l'intrigue solide à souhait… c'est un petit bijou qui reçut le Prix du roman noir du festival de Cognac et le Prix Mystère de la critique, et qui a été porté à l'écran en 2009 sous le titre Une affaire d'État.

Citation

Ce n'est pas seulement une affaire de concurrence entre marchands d'armes. Il y a une exploitation politique de l'affaire, ici, en France.

Rédacteur: Christophe Dupuis vendredi 22 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page