Sous les bruyères

Je n'avais pas réussi à dormir cette nuit-là, à cause de tout ce qui s'agitait dans ma tête. Je m'étais enfilé plusieurs bières et du sirop pour la toux, j'avais lu pendant des heures, mais sous mon crâne le boucan ne s'était pas calmé pour autant.
Dan Fante - En crachant du haut des buildings
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 février

Contenu

Roman - Thriller

Sous les bruyères

Tueur en série MAJ mercredi 27 janvier 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Belinda Bauer
Blacklands - 2010
Traduit de l'anglais par Carine Chichereau
Paris : Fleuve noir, janvier 2010
296 p. ; illustrations en noir & blanc ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-265-08863-4

Actualités

  • 18/02 Édition: Parutions de la semaine - 18 février
    La semaine éditoriale en promet pour tous les goûts et sous de multiples formes.
    Côté grands formats, nous nous arrêterons sur le roman à quatre mains, La Forme de la peur, proposé par Giancarlo De Cataldo et Mimmo Rafele chez Métailié, une plongée noire italienne dans la corruption, les manipulations géopolitiques et les guerres de civilisation.
    Tout autre ton, tout autre sujet aux Presses de la Cité avec un Voyeur observé par Brian Freeman entre policier et thriller. Une affaire de meurtre non élucidé qui ressurgit avec un meurtre similaire des années plus tard. Un thème somme toute commun mais avec une approche et un style qui méritent le détour.
    Enfin, pour ponctuer ces nouveautés, coup de chapeau à Omnibus qui réédite l'intégrale des aventures de Richard Hannay. Le personnage, né de la plume de John Buchan est le principal protagoniste des 39 marches vampirisées par Alfred Hitchcock. Les romans époustouflants n'ont pas pris une ride car ils étaient précieusement protégés par de la naphtaline...
    Signalons pour terminer les éditions en grands caractères de La Sanction, de Trévanian, un roman d'espionnage qui démarre de façon truculente et sur les chapeaux de roue avec un style très caustique et humoristique ainsi que Meurtre dans un jardin indien, de Vikas Swarup. Pour ce dernier, il s'agit d'une enquête classique à la facture indienne avec arrêt sur chacun des personnages liés à un crime. L'Orient-Express en gare de Dehli...

    Grand format :
    La Double vie de Laura Swan, de Benjamin Black (NIL)
    Moisson de sang, de Sharon Bolton (Fleuve noir, "Thriller")
    À pas comptés, de Christophe Bourgois-Costantini (Michel Lafon, "Polar")
    Les 39 Marches et autres aventures de Richard Hannay, de John Buchan (Omnibus)
    Souvenirs du rif, de Michel Claise (Luce Wilquin, "Noir pastel")
    Le Livre des âmes, de Glenn Cooper (Le Cherche Midi)
    Les Silences de Margaret, de Paul Couturiau (Presses de la Cité, "Romans Terres de France")
    La Forme de la peur, de Giancarlo De Cataldo & Mimmo Rafele (Métailié, "Noir")
    Homicide à Saint-Yorre, de Claude Ferrieux (éditions du Petit pavé)
    La Face cachée des miroirs, de Catherine Fradier (Au diable Vauvert)
    Le Voyeur, de Brian Freeman (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    La Maison en pain d'épices, de Carin Garhardsen (Fleuve noir")
    Templa mentis, de Andrea H. Japp (Flammarion)
    Psychose au 26, de Hervé Jourdain (Nouveaux auteurs, "Policier")
    Marée noire, de Attica Locke (Gallimard, "Série noire")
    Missions interdites : l'homme de Medellin, de Gérald Moreau (Pascal Galodé, "Thriller")
    Chienne d'enquête, de Spencer Queen (Calmann-Lévy)
    Autopsies, de Kathy Reichs (Robert Laffont, "Best-sellers")
    Lieutenant Eve Dallas. 13-14, de Nora Roberts (J'ai lu, "Grand format")
    La Maison du comte, de Jean Satgé (Le Bord du Lot)
    Le Pilleur de tombes, de Violaine Vanoyeke (Le Rocher)

    Poche :
    Sous les bruyères, de Belinda Bauer (10-18, "Domaine policier")
    La Librairie des ombres, de Mikkel Birkegaard (10-18, "Domaine policier")
    Venin, de Sharon Bolton (Pocket, "Thriller")
    La Chasse sauvage, de Laetitia Bourgeois (10-18, "Gands détectives")
    La Colonie des ténèbres, de Jérôme Bucy (Pocket, "Thriller")
    Les Héritiers du mal, de Chelsea Cain (Pocket, "Thriller")
    Le Livre des morts, de Glenn Cooper (Pocket, "Thriler")
    Le Père et l'étranger, de Giancarlo De Cataldo (Métailié, "Suite italienne - noir")
    Aesculapius, de Andrea H. Japp (J'ai lu)
    Sang d'encre au 36, de Hervé Jourdain (Pocket, "Policier")
    Horreur boréale, de Åsa Larsson (Folio, "Policier")
    Le Livre de l'amour, de Kathleen McGowan (Pocket, "Best")
    Le Passager silencieux, de Viviane Moore (Elytis)
    Descendez-le à la prochaine, de San-Antonio (Fleuve noir, "San-Antonio")
    Maigret et les témoins récalcitrants, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Les Chiens ne mordent pas, de Gunnar Staalesen (Folio, "Policier")
    Au-delà du mal, de Shane Stevens (Pocket, "Thriller")

    Grands caractères :
    La Mort à nu, de Simon Beckett (Libra diffusio)
    L'Enquête, de Philippe Claudel (À vue d'œil)
    Plus fort que le doute, de Nicci French (À vue d'œil)
    L'Heure d'avant, de Colin Harrison (À vue d'œil)
    Au voleur !, de Carol Higgins Clark (Libra diffusio)
    Nous savons tout, de Gregg Hurwitz (À vue d'œil)
    Aesculapius, de Andrea H. Japp (Libra diffusio)
    Le Bon usage des compliments, de Alexander McCall Smith (À vue d'œil)
    On ne peut pas tout avoir, de Ruth Rendell (À vue d'œil)
    Meurtre dans un jardin indien, de Vikas Swarup (Libra diffusio)
    La Sanction, de Trevanian (À vue d'œil)
    Liens : La Chasse sauvage |La Colonie des ténèbres |L'Heure d'avant |Sang d'encre au 36 |Au-delà du mal |Meurtre dans un jardin indien |La Sanction |Les 39 marches et autres aventures de Richard Hannay |Le Voyeur |Belinda Bauer |Simon Beckett |Laetitia Bourgeois |John Buchan |Jérôme Bucy |Giancarlo De Cataldo |Catherine Fradier |Nicci French |Colin Harrison |Hervé Jourdain |Alexander McCall Smith |Viviane Moore |Ruth Rendell | San-Antonio |Georges Simenon |Vikas Swarup | Trevanian

Le petit enfant, le tueur en série et la grand-mère

Steven Lamb, onze ans, aimerait bien que sa grand-mère le regarde comme une grand-mère. Il ne comprend pas pourquoi elle reste des heures devant sa fenêtre à scruter la lande. Jusqu'au jour où avec son ami Lewis, ils décident d'entrer dans la chambre interdite pour récupérer des Lego : celle de son oncle décédé des années auparavant. L'oncle Billy a été une des victimes non-avouées de Arnold Avery, un tueur en série qui purge une peine de vingt ans à la prison de Dartmoor. On a jamais retrouvé le cadavre de Billy qui sommeille sous les bruyères. À partir du moment où sa maman lui raconte la tragédie de la famille, Billy n'est plus le même. Fini les jeux de son âge, la bande des capuches peut le terroriser, le garçon n'a qu'une idée en tête : découvrir l'endroit où Billy a été enterré. Avec Lewis, ils arpentent la lande, creusent un peu partout sans relâche. Si Lewis finit par abandonner, Steven non. C'est alors qu'il décide d'écrire une lettre à Avery pour lui demander où le cadavre de son oncle se trouve. Il ne se doute pas qu'il va réveillerdes pulsions longtemps refoulées, qu'Avery va se mettre à jouer avec sa nouvelle proie avant de se mettre en tête de s'évader pour une dernière fois assouvir ses envies...

Belinda Bauer raconte avant tout l'histoire d'un petit garçon, grand frère dans une famille décidément mono-parentale, qui veut que sa grand-mère retrouve la paix et l'envie de caresser la petite tête de ses petits-enfants plutôt que de les railler. Steven a onze ans, voudrait agir en adulte, mais n'y arrive pas. Pourtant, le garçon est futé. Il arrive à déjouer la censure du pénitencier, à résoudre les énigmes du tueur, on côtoie ses peurs, ses envies, ses actes de bravoure. Notreœil sait pertinemment que Steven court à la catastrophe, et pourtant il le fait avec intellifgence et maturité. Le talent de Belinda Baueur est d'avoir campé des personnages ordinaires, qui à leurs niveaux réagissent ordinairement. Avery va s'échapper. Il sait très bien qu'après l'épisode Steven, il passera le restant de sa vie en prison, mais Avery a des pulsions, et il veut pouvoir ressentir une dernière fois ce plaisir, cette montée d'adrénaline. Il a besoin de lire la peur dans les yeux de sa dernière victime, celle qui a cru avec candeur que gentiment il lui dirait où est enseveli son oncle.
Sous les bruyères autrait pu être un banal et énième roman fait pour frissonner au moment où le tueur en série empoigne sa dernière victime qui sera évidemment sauvée d'une manière ou d'une autre. La plume caustique et grinçante de Belinda Bauer y ajoute ce petit truc sulfureux. Des pensées acides, drôles, décalées dans un univers grisâtre qu'elle peint joliment faisant de la commune d'Exmoor, qui ressemble à Ploucville, un portait en couleurs. Un thriller qui dépareilledes autres, et c'est tant mieux !


On en parle : La Tête en noir n°143 |La Tête en noir n°149

Citation

En dehors d'avoir tué des enfants, Avery a toujours respecté la loi, il vote conservateur avec un grand C, enfin il juge que les peines de prison sont en général trop courtes, et s'oppose à la libération anticipée des détenus.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 02 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page