Trigone

La parade. Le boniment. Le spectacle. Derrière le rideau, il y avait les Albertini et les Loriot. Dans les plis du drapeau de la Légion se cachait la Section disciplinaire. Cela, les Français l'ignoraient.
Henry Allainmat - Le Bagne de la Légion
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 22 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Trigone

Anticipation - Terrorisme MAJ vendredi 29 janvier 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Guillaume Lebeau
Paris : Phébus, janvier 2010
400 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7529-0369-3
La dernière guerre : 2008-2011, 3

Ce qu'il faut savoir sur la série

La série "La dernière guerre : 2008-2011", c'est une sorte de "24 Heures" français où Jack Bauer s'appellerait Jean d'Estavil, serait un ancien militaire français aux état de services remarquables ; un catholique à la Foi ébranlée et carrément dépressif.

Demain meurt plus tard

Après les événements d'Hexagone, nous le retrouvons émergeant d'une mauvaise passe, hanté par la culpabilité des blessures graves de ses compagnons d'armes, et obsédé par la disparition de sa femme des années auparavant. C'est un message délivré par un mystérieux agent kurde à Stockholm qui va lui rendre la patate et le précipiter dans des embrouilles sans nom : le contenant, une disquette archaïque et une photo récente de sa femme crapahutant dans une jungle épaisse. Descendu immédiatement par un sniper, l'agent kurde est nettement moins loquace que ce cliché flou pris à une date indéterminé.
Pendant ce temps, à Singapour, son ami, le hacker de génie, Suricate de son surnom, se voit remettre une autre disquette avec en cadeau bonus une tueuse ninja implacable qui va le courser à travers toute la ville.
En France, le surpuissant Fugu, agent de nettoyage de la République, trimballe sa grosse carcasse et sa répartie ordurière entre une série de meurtres rituels visant uniquement des experts de l'atome, et des avertissements d'une attaque terroriste prochaine sur le sol français. Et le plan Vigipirate de passer au cramoisi, en moins de temps qu'il ne faut pour dire uranium.
Pour savoir ce qui se cache derrière ces disquettes surannées et cette menace terroriste fantôme, il va falloir traverser le rideau, et toutes les réponses ne seront pas agréables à entendre.

Le côté geek, très technique et wired du thriller est sympathique. Guillaume Lebeau a même prévu une playlist sur Deezer pour partager les ambiances musicales du livre. Le récit se déploie surtout dans les grosses scènes d'action qui font vraiment ressortir le côté cinématographique et grand spectacle de l'histoire. Pour le coup, ça rappelle parfois un peu Jack Ryan, le personnage de Tom Clancy quand il est ballotté dans des jeux de guerre incompréhensible. À mon sens, la galerie de personnages secondaires est néanmoins plus attachante que le personnage principal. Véritable ménagerie humaine trimballée dans un FPS grandeur nature. Le Fugu, sorte de Bérurier reload tire particulièrement son épingle du jeu, même si quelquefois j'ai tiqué sur les dialogues.
C'est peut-être ma faute, mais chez Lebeau, je préfère quand ça cogite ou que ça défourraille, quand il passe en mode Call of Duty et que le ciel tout entier semble s'ouvrir pour engouffrer les personnages dans une suite de situations bigger than life à l'issue surprenante. Enfin bref, celui-ci laisse quelques questions en suspens et on espère voir Jean d'Estavil sortir très vite de sa retraite.

Citation

Mon chou, je suis bien pire qu'une putain de grippe. Je te file d'abord quelques courbatures après molestage en règle, ensuite tu te chies dessus tellement t'as peur, pour finir je te cloue définitivement au lit. Personne n'a encore trouvé de vaccin, ricana le Fugu.

Rédacteur: Jean-Yves Lemesle mercredi 27 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page