La Conscience d'Éliah

Le type était en train d'éplucher des livres d'histoire avec ses lunettes sur le nez et, l'instant d'après, il se retrouve face au cadavre déchiqueté d'une jeune femme.
Dan Waddell - Code 1879
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 juillet

Contenu

Roman - Noir

La Conscience d'Éliah

Énigme - Sportif MAJ jeudi 28 janvier 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Guy Lalancette
Montréal : VLB, novembre 2009
192 p. ; 23 x 12 cm
ISBN 978-2-89649-086-8
Coll. "Fictions"

Les tourments de la conscience

Éliah Pommovosky vit dans une petite ville canadienne où tout le monde se connait. Différentes affaires tournent autour de lui : récemment un jeune adolescent a disparu et il a été l'un des derniers a l'avoir vu. De plus, s'il a été "marié" à une jeune infirmière locale, celle-ci vit à présent seule, avec son fils, depuis leur nuit de noces. Juste avant Noël, on le retrouve, quasi mort. Il s'est jeté depuis un réservoir d'eau. Est-ce un accident ? Un suicide ? Un meurtre déguisé ?
Tandis qu'Éliah se trouve à l'hôpital, entre la vie et la mort, les policiers chargés de l'enquête découvrent qu'un inconnu est venu quelques jours avant et a remis une lettre à Éliah. Que contenait-elle ? La jeune épouse sait-elle quelque chose ? Veut-elle en parler, elle qui vient de lire son journal intime ?

Tout d'abord, enlevons toute "illusion"aux lecteurs, ceci n'est pas un roman policier stricto sensu ! Le but n'est pas de tracer l'enquête qui ne sert "que" de rebondissements pour nous faire accéder au cœur du livre : la conscience d'Éliah. Autour d'une construction narrative complexe, l'auteur épluche, comme les pelures d'un oignon, les différents événements qui ont marqué la vie d'Éliah. De fait ce sont trois ou quatre éléments centraux qui ponctuent la longue marche d'Éliah vers sa mort ou sa rédemption. Ces événements ne se dévoilent jamais en une fois mais s'ouvrent, s'arrêtent, laissent la place à un autre ou au présent, puis reviennent comme un long escalier en colimaçon qui nous conduit au cœur de la conscience tourmentée du jeune homme.
Ponctué sans cesse de ces va-et-vient entre traumatismes, présent, vie quotidienne étouffante d'une petite ville, et quelques monologues courts de la conscience même d'Éliah, emprisonné dans son coma, le roman se déroule implacable, très noir dans la description d'un personnage tourmenté, qui passe sa vie à côté du bonheur, car il ne semble pas fait pour, et parce qu'il est obnubilé par ses propres démons. Guy Lalancette évite même de trop insister sur l'épisode du jeune adolescent disparu pour se concentrer sur l'internat où Éliah a vécu, sur cette sombre histoire où l'on comprend, à l'instar de l'épisode de Judas dans la Bible, que l'on peut trahir, mentir ou tuer par amour, et que derrière la banalité (hélas) du crime, il y a aussi et surtout des abimes de souffrance.

Citation

Une rage et une peur qu'il tenta d'apaiser à la pointe de son compas enfoncée dans la chair sanglante de son avant-bras.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 28 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page