L'Ombre de la chute

Passé ce carrefour, la route traversait un hameau, où il ralentit pour regarder les maisons et les magasins subsistants, en se demandant ce qu'il restait des gens dans ces bâtisses grises et anonymes qui disparaissaient peu à peu comme si elles s'effritaient, se fondaient dans la terre. Il lui semblait pourtant qu'on l'observait. Il lui semblait toujours qu'on l'observait dans ces villes fantômes.
Michael Farris Smith - Une pluie sans fin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 septembre

Contenu

Roman - Policier

L'Ombre de la chute

Tueur en série - Vengeance MAJ dimanche 07 février 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7 €

John Clanchy & Mark Henshaw
And Hope to Die - 2007
Traduit de l'anglais (Australie) par Aurélie Tronchet
Paris : Folio, décembre 2009
478 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-036132-8
Coll. "Policier", 569

Le doigt dans la boite à cigares

Un enfant a disparu ! Les parents s'inquiètent mais ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'ils ont affaire à un kidnappeur encore plus fou que d'habitude. L'inspecteur Solomon Glass est envoyé sur place pour discuter avec les parents. En fait, le criminel laisse monter la pression ; envoie un morceau de la chair de l'enfant puis va proposer à la famille un singulier marché : il libérera l'enfant si la mère se suicide ! Il a déjà agi ainsi.
Seul un garçon a été libéré sans raison par le fou mais il est incapable de parler, traumatisé par ce qu'il a vécu. Solomon et ses deux adjoints savent à présent qu'il leur reste quatre jours avant que le tueur ne passe à la suite de son plan. Mais plus ils avancent, plus ils se rendent compte que le terrain est miné : le kidnappeur semble au courant de tous leurs déplacements, de leurs actes, et il anticipe à merveille.
De plus, Solomon obsédé par une autre affaire où il a laissé mourir une procureur est tendu. Car il sent confusément que derrière cette vague de violence se cache autre chose. Lorsqu'il commencera à saisir les enjeux réels, ce sera encore pire pour lui car le coupable a commis toute cette série non pas pour tuer ou pousser au suicide des mères, mais pour l'atteindre lui.. Car ils se connaissent depuis de longues années...

On connaissait Henshaw pour un roman de littérature blanche qui avait eu l'effet d'un coup de tonnerre dans le Landernau littéraire il y a quelques années, en raison de son intérêt propre et de son origine australienne. Depuis il a entamé cette série policière en compagnie de John Clanchy. Dans ce deuxième volet, qui pourrait se situer dans n'importe quelle ville américaine, il décrit de manière très troublante un fou dans la lignée d'Hannibal Lecter. Fondé sur les failles de ses personnages, sur les doutes et la noirceur, le roman avance par suite de révélations qui s'annihilent les unes les autres afin de créer un effet envoutant. Même si la fin semble un peu téléphonée, l'ensemble du texte se lit sans déplaisir et les deux auteurs savent faire prendre la sauce : le lecteur a du mal à décrocher de cette histoire glauque et jouant avec les nerfs.


On en parle : L'Ours polar n°45-46

Citation

Dans la journée la ville pouvait être sombre et grise. Même ses tours de verre paraissaient bordées de solitude.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 06 février 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page