Shadow Boxer

Mon cher, il ne faut pas croire ce qui est dans les journaux, il faut croire ce qui est dans les romans : c'est le seul endroit où l'on tolère la vérité.
Frédéric Lenormand - Madame la Marquise et les Gentlemen Cambrioleurs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 27 juin

Contenu

Roman - Thriller

Shadow Boxer

Hard boiled MAJ jeudi 20 novembre 2008

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Eddie Muller
Shadow Boxer - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Patrice Carrer
Paris : Fayard, mai 2008
360 p. ; 20 x 15 cm
ISBN 978-2213629643
Coll. "Noir"

Chronique

Twin Peaks, les collines jumelles de San Francisco. Novembre 1948. Billy Nichols, alias Mister Boxe, journaliste au San Francisco Inquirer, se fait enlever par la femme de Burney, que Nichols a donné aux flics comme l'assassin probable de Claire, dont il était l'amant. Et la femme de Burney se montre convaincante : son mec est innocent. Titillé par la curiosité, Billy s'y colle. Au départ, un sombre chantage autour de photos compromettantes. Derrière les images, des affaires plus sérieuses. Dont celle de la Fondation du Mont Davidson, société bidon faite pour escroquer les investisseurs. Aux commandes, un proc' véreux : celui qui instruit l'affaire Burney… L'atmosphère s'alourdit d'un cran. Mais Billy ne cède rien; il enquête, prêt au coup de poing pour débusquer la vérité, même si le combat est déloyal et le proc' un adversaire de poids.

Il y a dans ce roman une saveur années 40 très réussie, pantalons pied-de-poule et décapotables tape-à-l'œil. Le Frisco d'Artie Shaw, des routiers Drop Inn. Un air de jazz ouvrant à une vision très noire d'une Amérique où chacun se croit le centre du monde, mais où le seul boulot qui vaille est de s'activer, moins pour assurer son salut que pour sauver sa peau.
De cette société urbaine peuplée de corniauds solitaires rongés par leur conscience tourmentée, Faulkner en exergue sur fond de grève des dockers, émerge la belle figure de Nichols, buveur professionnel de bourbon du Kentucky, armé d'une compassion intrigante : l'espoir fou que le merdier américain peut être l'horizon du monde moderne…

Citation

On prend les mensurations d'un boxeur avant le match – celles des femmes, partout et tout le temps.

Rédacteur: Joël Jégouzo vendredi 26 septembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page