Les Derniers jours d'Edgar Poe

Il me semble bien que... j'essaye de mettre fin à mes jours, merci beaucoup ; mais je ne suis pas tout à fait sûr d'avoir trouvé exactement la bonne méthode. Bon, si vous voulez bien m'excuser, je vais faire une nouvelle tentative.
Ken Kesey - Et quelquefois j'ai comme une grande idée
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 24 mars

Contenu

Nouvelle - Noir

Les Derniers jours d'Edgar Poe

Fantastique - Pastiche - Enquête littéraire MAJ mardi 16 février 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Collectif
Anthologie présentée par Richard Comballot
Préface de Georges-Olivier Châteaureynaud
Jérôme Noirez (nouvelle)
Yael Assia (nouvelle)
Pierre Stolze (nouvelle)
Fabienne Leloup (nouvelle)
Catherine Dufour (nouvelle)
Jacques Barberi (nouvelle)
Michel Lamart (nouvelle)
Léo Henry (nouvelle)
Jean-Pierre Vernay (nouvelle)
Kriss Vilà (nouvelle)
Christian Léourier (nouvelle)
Jean-Pierre Andrevon (nouvelle)
Jess Kaan (nouvelle)
Xavier Mauméjean (nouvelle)
Alain Dartevelle (nouvelle)
Claude Mamier (nouvelle)
Jacques Mucchielli (nouvelle)
Thimothée Rey (nouvelle)
Tony Mark (nouvelle)
Daniel Walther (nouvelle)
Paris : Glyphe, octobre 2009
386 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-35285-066-3
Coll. "Imaginaires"

Edgar Poe tel qu'en nous-mêmes...

Une pléiade d'auteurs pour célébrer Edgar Allan Poe. Célébration ou Revival, Poe-is-not-dead, bâtie en trois volets anthologiques - "La Légende d'Edgar", "Autour d'Edgar" et "Les Derniers jours d'Edgar". trois volets assez vagues pour autoriser les uns et les autres à intervenir comme bon leur semblait. Mais une liberté qui, curieusement, n'a pas pris, en dehors du style ou de l'inspiration, toute la latitude que l'on aurait pu croire. Car tout se passe dans cette anthologie comme si les auteurs avaient tiré sans trop en avoir conscience, du côté de l'œuvre la réalité de l'auteur...

Je m'explique. S'ils mettent en scène les uns Dupin (Jess Kaan), les autres Baudelaire (Jean-Pierre Vernay, Jean-Pierre Andrevon), voire Edgar lui-même comme nombreux l'ont fait, c'est au fond toujours pour le construire en martyr de son œuvre, jaillie en lui comme une force obscure qui l'aurait littéralement possédé avant de le pousser au renoncement, puis à la folie. Comme si son catalogue de terreurs avait fini par le saisir et l'emporter au plus profond de sa noirceur. Et bien évidemment, au centre de ce catalogue dont le bestiaire constitue l'essence, a surgi la figure du Corbeau. Figure tutélaire par excellence de l'œuvre (Andrevon y réussit à merveille), présage sinistre surplombant la vie d'Edgar pour la tétaniser.

Il y a bien Xavier Mauméjean pour signer une nouvelle noire construite autour d'un amusant retournement : Dupin convoqué pour analyser les œuvres de son créateur, tandis que Mauméjean se frotte sans complexe à Poe dans une langue archaïsante, pour résoudre une enquête digne du divin poète. Ou Jérôme Noirez, livrant dans une tonalité égrillarde (Great Balls of Darkness), un Edgar musicos houspillé par son manager, d'avoir commis la faute d'épouser une gamine de quatorze ans - dans le genre mariage redneck dégénéré, on ne fait en effet pas mieux.

Mais toujours l'œuvre est au centre du travail d'évocation d'Edgar Poe, si bien que jusqu'au dernier souffle, c'est elle le tourment du poète, l'œuvre au noir qui a germé dans son génial cerveau pour le défaire de sa vie plus sûrement que ne l'ont fait les critiques de l'époque, à ne pas considérer en lui un géant de la littérature.

NB - L'anthologie comprend : "Dégradé" (Jess Kaan) ; "And the Tattling of Many Tongues" (Jacques Mucchielli) ; "Un verre d'amontillado" (Daniel Walther) ; "Les Valises d'avril contiennent Eurêka" (Fabienne Leloup) ; "Quand j'ai voulu ôter le masque, il collait à mon visage" (Léo Henry) ; "Sur les ailes du Corbeau" (Jean-Pierre Andrevon) ; "Les Dernières braises qui s'éteignent" (Claude Mamier) ; "Les Amours de Ligeia et Morella" (Tony Mark) ; "Le Dernier tombeau d'Edgar Poe" (Pierre Stolze) ; "Extraordinaires révélations sur la mort de Poe" (Michel Lamart) ; "Les Écorchés du boulevard" (Xavier Mauméjean) ; "Quelques notes à propos du décès d'Edgar Allan Poe, poète américain" (Christian Léourier) ; "L'Ombre du doute" (Alain Dartevelle) ; "Toasts" (Timothée Rey) ; "Maneki-Neko" (Yael Assia) ; "Great Balls of Darkness" (Jérôme Noirez) ; "Confession d'un mort" (Catherine Dufour) ; "Les Étranges passions de M. Edgar Allan Poe telles que racontées par M. Charles Baudelaire" (Jean-Pierre Vernay) ; "Opération Hippocampe" (Jacques Barbéri) ; "Les Derniers jours d'Edgar Poe" (Christian Vilà).

Citation

La métaphore alcoolique est la matière même de l'univers d'Edgar Poe (Georges-Olivier Châteaureynaud).

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 09 février 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page