L'Empreinte sanglante...

- Il faut que je change d'air, mon vieux. Que je trouve un autre boulot ! - On n'a jamais su faire qu'un truc dans la vie : jouer les détectives.
Stephen Desberg, Denis Lapière & Will - Tif et Tondu, intégrale - 11 : Sortilèges et manipulations
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 23 août

Contenu

Nouvelle - Noir

L'Empreinte sanglante...

MAJ lundi 15 février 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Collectif
Laurent Scalese (nouvelle)
Raphaël Cardetti (nouvelle)
Franck Thilliez (nouvelle)
Maxime Chattam (nouvelle)
Karine Giébel (nouvelle)
Olivier Descosse (nouvelle)
Éric Giacometti (nouvelle)
Jacques Ravenne (nouvelle)
Paris : Fleuve noir, novembre 2009
286 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-265-08911-2
Coll. "Thriller"

Pas tous la même pointure...

"L'empreinte sanglante d'un pied nu, la suivre au long d'une rue." Huit "maîtres incontestés du thriller français" (si l'on en croit la couverture...) ou supposés tels ont dû plancher sur cette phrase énigmatique de Nathaniel Hawthorne censée débuter chaque texte.
Chez certains, ce point de départ n'est vraiment qu'un prétexte, rapidement oublié. D'autres ont poussé la conscience professionnelle à faire de cette empreinte sanglante le fil rouge de leur nouvelle. Avec plus ou moins de bonheur.
Les auteurs sont fidèles à leurs univers respectifs. Du coup, l'ensemble des thèmes abordés est hétéroclite, ce qui n'est pas pour déplaire. Nous avons bien sûr droit aux deux inévitables tueurs en série, mais aussi à un Koh-Lanta morbide, une plongée dans le cerveau halluciné d'un dessinateur de BD, un règlement de comptes entre tueurs à gages, une chasse à l'homme dans une colonie de vacances et même une nouvelle sociale (mention spéciale de la nouvelle la plus originale à Éric Giacometti et Jacques Ravenne pour leur Délocalisation, un texte sur fond de plan social et de licenciements qui, malgré une fin peut-être un peu tirée par les cheveux, a le mérite de sortir des sentiers battus).
Il y en a donc pour tous les goûts, et par conséquent, chaque lecteur aura ses coups de cœur et ses déceptions. Car si certains nouvellistes restent fidèles à leur marque de fabrique avec bonheur, d'autres donnent franchement l'impression de s'auto-caricaturer. On ignore même pour deux nouvelles sur les sept s'il s'agit de premier ou de second degré ! Comme c'est pas gentil de dénoncer ses petits camarades, on écrira juste qu'on a cru un moment que les nouvelles étaient classées par ordre croissant de qualité. En réalité, les auteurs sont dans l'ordre alphabétique.
Y a pas de hasard...

NB - L'anthologie comprend : "Ma plus belle histoire d'amour" (Raphaël Cardetti) ; "Le Fracas de la viande chaude" (Maxime Chattam) ; "Le Raid" (Olivier Descosse) ; "Délocalisation" (Éric Giacometti & Jacques Ravenne) ; "J'aime votre peur" (Karine Giébel) ; "Dernier contrat" (Laurent Scalese) ; "Ouroboros" (Franck Thilliez).

Citation

Elle me parlait de Derrida et d'Althusser. En contrepartie, je lui citais des paragraphes entiers de Paulo Coelho. Nos échanges étaient d'une richesse et d'une intensité rares. (Raphaël Cardetti, Ma plus belle histoire d'amour)

Rédacteur: Maxime Gillio samedi 13 février 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page