Jim Bridger

Cartrot sembla hésiter quelques instants. Mais il en avait déjà tellement dit qu'il se rendait parfaitement compte que ses chances de survie à quelques heures étaient minces. Alors un peu plus ou un peu moins.
Christian Goemaere - Un pognon de dingue
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Un moment de doute
L'écrivain américain Jim Nisbet a su créer une œuvre étrange mais finalement assez cohérente dans sa ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 18 mai

Contenu

Bande dessinée - Western

Jim Bridger

Ethnologique - Historique - Road Movie MAJ jeudi 16 février 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,95 €

Pierre Place (scénario & dessin)
Chris (coloriste)
Farid Ameur (conseiller historique)
Paris : Glénat/Fayard, janvier 2023
56 p. ; illustrations en couleur ; 32 x 24 cm
ISBN 978-2-344-04224-3
Coll. "La Véritable histoire du Far West"

Trappeur et reproches

Décembre 1866. Fort Phil Kearny. Wyoming. Jim Bridger est un trappeur, un mountain man, vieillissant avec ses contes et légendes à narrer. Son auditoire est reclus dans une cabane alors qu'à l'extérieur un escadron de cavalerie a été exterminé par des indiens menés par Red Cloud. Une petite fille, élevée aux dime novels qui mettent en scène un certain Kit Carson, l'écoute raconter une épopée qui a commencé un jour de 1822. Jim Bridger a alors dix-sept ans. Il est forgeron. Il rêve d'aventure et s'embarque un beau jour de printemps. Il va remonter le Mississipi puis la Yellowstone. Puis entrer en territoire Blackfeet et intégrer la tribu des trappeurs, ceux qui exterminent les castors et laissent la compagnie s'implanter et tuer un commerce juteux en même temps que la civilisation repousse les Indiens, ne comprenant pas leurs traditions, ni même leur état d'esprit. S'acharnant à les trahir. Jim Bridger va laisser pointer une certaine culpabilité au cours de cette histoire racontée sous forme de flashback avec quelques retours au temps présent. On va suivre l'émancipation et l'apprentissage d'un homme, qui va aller jusqu'à se marier avec la fille d'un chef. Qui va se prendre une flèche dans le dos qu'il va conserver un certain temps, le temps que la pointe se calcifie. Mais à travers le récit de Jim Bridger, c'est surtout des dizaines d'histoires de trappeurs depuis l'expédition de Lewis et de Clark qui nous sont déroulées dans une fresque sauvage où la nature est aux prises avec l'Humain. On croise au détour d'une case un certain Jedediah Smith. Et puis un ours. On abandonne un ami proche de mourir et on le retrouve plus tard plein de haine et de vengeance. Et puis surtout on suit la transformation d'un pays alors qu'un homme, forgeron de son état, que rien ne prédestinait à parler douze langues et à risquer sa vie au détour d'un bosquet malgré cinq mariages, regrettera à tout jamais d'avoir cartographié une région sauvage, vierge de toute civilisation occidentale. Le trappeur a raté sa vocation première d'écologiste anarchiste. Mais c'est une histoire que ne peut pas encore comprendre cette petite fille alors qu'à l'extérieur du camp, une menace indienne qui découle de toutes ces trahisons couve. On regrettera juste l'aspect très bavard de cette bande dessinée très – trop ? – érudite alors que le cahier en fin d'ouvrage aurait amplement suffi. Mais il reste cependant quelques images des grands espaces qui continuent de trotter à côté de la légende de ce satané Jim Bridger.

Illustration intérieure


Citation

Y a donc que ça qui vous intéresse, lieutenant ? Les gens qui s'envoient du plomb à tout berzingue en espérant qu'y passe au travers du corps de l'autre ?

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 10 janvier 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page