Les Canards en plastique attaquent

Nous ne savons pas si nous sommes éveillés ou endormis. Lumières, films, musique... tout ça, c'est un sortilège qui maintient le peuple dans un profond sommeil. Qui va nous réveiller ?
Parker Bilal - Meurtres rituels à Imbaba
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 07 décembre

Contenu

Roman - Insolite

Les Canards en plastique attaquent

Humoristique - Ésotérique - Arnaque MAJ vendredi 26 février 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Christopher Brookmyre
Attak of the Uninkable Rubber Ducks - 2007
Traduit de l'anglais (Écosse) par Emmanuelle Hardy
Paris : Denoël, janvier 2010
430 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-207-26034-0

Mauvais esprit, es-tu là ?

Que se passe-t-il lorsqu'on écrit un livre dont l'un des personnages peut communiquer avec l'au-delà ? Eh bien, on donne la parole aux morts eux-mêmes. Surtout quand l'un d'eux a joué un rôle central dans l'intrigue dont il connaît tous les tenants et aboutissants. Surtout quand celui-ci a toujours fait montre d'un scepticisme hors pair. Surtout quand il traîne la fâcheuse réputation de mettre son nez là où il ne faut pas et a le bon goût de fait preuve d'un humour incisif.

Quand Gabriel Lafayette est dans le coin, les ascenseurs tombent en panne, les distributeurs automatiques de boisson se détraquent et les morts réclament le droit à la parole. "Quand je suis là, ce genre de trucs se produit tout le... Non, pas tout le temps, bien sûr, mais beaucoup trop souvent. Il y en a qui trouvent ça drôle, d'autres que ça fait flipper. Selon, le contexte, il m'arrive de trouver ça soit l'un soit l'autre, mais la plupart du temps, ça me fait juste chier." Ces phénomènes ont su convaincre plusieurs personnalités influentes qui estiment qu'il serait temps que la science se penche enfin sur le paranormal. Et pour cela, quoi de mieux qu'une chaire à la prestigieuse université de Kelvin... Ben voyons, se disent les universitaires qui n'ont cependant pas d'autres choix que de soumettre l'encombrant médium aux tests scientifiques les plus sérieux afin de savoir si oui ou non, il y a de l'inexplicable là-dessous. Parlabane, le fameux journaliste qui nous parle de l'au-delà, se retrouve embarqué dans l'affaire pour y traquer les astuces et garder l'œil ouvert. On connaît son acharnement, son cynisme et sa mauvaise foi, si lui ne parvient pas à démontrer qu'il y a arnaque, c'est qu'il n'y en a pas. CQFD. Il vérifie donc le respect du protocole, prêt à couler ces "canards en plastique" toujours prompts à remonter à la surface (l'expression sert à "décrire les gens qui sont déterminés à continuer à croire au surnaturel, sans tenir compte des preuves qu'on leur apporte de sa non-existence"). Mais ceux-ci sont tenaces et prêts à tout pour arriver à leurs fins. Force est de constater que Lafayette a du talent... Et qu'il paraît impossible de prouver si supercherie il y a.

Brookmyre, avec cet humour et ce style qui le caractérisent, tire sur tout ce qui bouge dans l'univers des médiums et des sciences occultes (réglant au passage leur compte aux témoins de Jéhovah, comme ça, parce que ça soulage) et révélant quelques secrets de ces manipulateurs d'outre tombe. Il décortique leurs techniques, les suit au plus près sans négliger une intrigue qui se construit sans que le lecteur s'en rende vraiment compte. On ne sait pas vraiment où l'on va, quel est le fond de l'histoire : Brookmyre se sert de plusieurs narrateurs - pas tous vivants - pour manipuler le lecteur, parce qu'il n'y a pas de raison que les médiums soient les seuls à le faire. Manifestement, il a pris un plaisir fou à ce jeu. Assurément, la lecture nous procure ce même plaisir.


On en parle : L'Indic n°5

Citation

Vous voyez ? Je vous l'avais dit : charmant, drôle, engageant, à l'aise avec l'autodérision. Vous l'apprécieriez. Quand je l'ai rencontré, moi aussi je l'ai apprécié. Jusqu'à ce qu'il se mette à essayer de me tuer, à l'évidence ; mais tellement de gens en arrivent là tôt ou tard, que j'essaie à présent de ne pas laisser ce détail influencer mon impression générale.

Rédacteur: Gilles Marchand mardi 16 février 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page