Ikebukuro West Gate Park III

Alice n'était plus Alice. Mais Nicolas. Un enfant de huit ans.
Franck Thilliez - Fractures
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 décembre

Contenu

Roman - Noir

Ikebukuro West Gate Park III

Social - Énigme - Gang MAJ vendredi 19 mars 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15,5 €

Ira Ishida
Ikebukuro West Gate Park - 1997
Traduit du japonais par Anne Bayard-Sakai
Arles : Philippe Picquier, février 2010
152 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8097-0155-5

Le tri des pommes dans les cartons d'Ikebukuro

Surprise pour Majima Makoto (pour ceux qui aimeraient en savoir plus sur lui, lisez les deux premiers tomes chez le même éditeur), son ami Takashi (le chef du gang les G-Boys) lui demande de sortir d'Ikebukuro en lui donnant un bien étrange rendez-vous tardif à Makuhari, autant dire le bout du monde, dans une rave. Takashi a une mission pour lui : les patrons de Heaven, société organisatrice de raves, sont parasités par des vendeurs de drogues dures. "Le point de vue de Heaven sur les drogues n'est pas le même que celui du ministère de la Santé. Nous considérons que la consommation de drogues douces, type herbe ou ecstasy devrait être laissée à la libre appréciation de chacun. C'est la raison pour laquelle, dans nos raves, nous laissons le champ libre aux dealers." C'est pourquoi ils aimeraient bien se débarrasser des fournisseurs de drogues dures, mais sans que la police vienne y mettre son nez… Makoto accepte…
"Je commençais en effet à cerner les contours de mon boulot. Exactement la même chose que ce que je faisais dans notre boutique de fruits. Trier les pommes dans les cartons et jeter celles qui commençaient à pourrir avant qu'elles aient pu gâter le reste de la précieuse marchandise."
Nouveauté pour ce troisième volet des aventures de Makoto, ce livre-ci est un court roman plutôt qu'un recueil de quatre nouvelles. À part ça, c'est toujours aussi bien fait, et Ishida Ira excelle encore à dépeindre un ou deux personnages annexes. Cette plongée dans le Tokyo la nuit est un vrai bonheur, les livres sont toujours aussi ensorcelants. Ishida Ira, avec son ton bien à lui, est vraiment une des grandes pointures du roman noir japonais.

Citation

Mais moi je suis accro aux rues d'Ikebukuro, à mes chroniques, à mon boulot de détective anonyme. Je me libère de ma vie ennuyeuse de vendeur de fruits en m'aventurant dans l'envers du décor."

Rédacteur: Christophe Dupuis lundi 08 mars 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page