L'Affaire de la Veuve noire

Le premier qu'a descendu l'escalier c'est le policier qu'a pris sa retraite mais qu'a gardé son air policier.
Émilie de Turckheim - Le Joli mois de mai
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 17 juin

Contenu

Roman - Policier

L'Affaire de la Veuve noire

Historique - Énigme MAJ vendredi 12 mars 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Jeronimo Tristante
El caso de la viuda negra - 2008
Traduit de l'espagnol par Jeronimo Tristante
Paris : Phébus, février 2010
288 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7529-0360-0

Un vol en chambre close

Alors que Victor Ros s'apprête à passer le réveillon de Noël entre famille et amis, un homme de condition modeste insiste pour lui parler. Demóstenes Lopez a perdu son travail de fossoyeur quand le doigt du colonel Anstuátegui a été coupé et que le cadavre d'un mendiant à été déterré puis volé. Touché par son désarroi, Victor promet de s'occuper de son affaire. Son enquête l'amène à interroger les principaux témoins et à s'intéresser de près à la vie de ce colonel qui ne sortait de la caserne que pour se rendre à la messe du soir. C'est là, d'ailleurs que son assassin a frappé ; un grand brun qui a pris la fuite avec un complice aux cheveux roux. Or, d'après Lopez, le mendiant était roux. Victor fait vite le lien entre les deux affaires : le nombre de roux circulant dans Madrid est extrêmement restreint. Il découvre que le colonel est affilié aux rose-croix et une liste de cinq personnes réparties sur toute l'Europe occidentale. C'est une prostituée qui lui donne des éléments de piste pour retrouver le suspect. Le rouquin s'est vanté, lors d'une soirée de débauche, de gagner beaucoup d'argent en séduisant la jeune femme du riche et vieux marquis de la Entrada et : "en donnant un coup de pouce à la nature". Victor est amené, ainsi, à enquêter sur la mort du marquis, apparemment empoisonné par son épouse. Seulement, la jeune veuve est une amie proche de Clara, l'épouse de Victor…

L'Affaire de la Veuve noire est le second volet des enquêtes de Victor Ros. Celui-ci a fait ses débuts de limier dans Le Mystère de la Maison Aranda (Phébus, 2009 ; 10-18, 2010). La façon dont il a résolu l'énigme l'a sacré comme l'un des meilleurs éléments de la brigade métropolitaine de Madrid. Pour son policier, Jerónimo Tristante s'inspire largement du Chevalier Auguste Dupin, le célébrissime personnage crée par Edgar Poe, le dotant de l'art de la logique, d'une capacité d'analyse remarquable associée à un raisonnement déductif acéré.
Dans ce volume, l'auteur confronte son personnage à des affaires qui semblent indépendantes : l'empoisonnement du marquis, l'assassinat du colonel, le doigt coupé du cadavre, l'appartenance du colonel à l'ordre de la Rose-Croix, le vol ou non de la bague, la disparition d'un défunt… Mais il ne ménage pas, pour autant, son héros dans sa vie privée. Celui-ci est également mobilisé par des démêlés familiaux : la nouvelle grossesse de sa femme, une suffragette qu'il récupère régulièrement chez des confrères après des manifestations, la découverte de la future maternité d'une de ses employées, le soupirant de sa belle-mère…
L'intrigue est subtilement organisée, astucieuse, multipliant à l'envi les rebondissements et générant une tension qui ne faiblit pas jusqu'à une conclusion peu commune. On peut douter, cependant, de sa matérialité biologique, voire de sa tangibilité. Cependant, sachant que l'auteur est professeur de biologie…
Celui-ci se livre à un travail conséquent sur les personnages et offre une gamme fournie de caractères et de profils psychologiques variés. Il compose un univers attrayant fait de situations insolites, de rencontres et de personnages atypiques, évoluant dans le cadre du Madrid de la fin des années 1870. L'Affaire de la Veuve noire est une heureuse surprise. Ce roman est une découverte passionnante qui révèle un auteur à suivre absolument.

Nominations :
Prix Arsène Lupin 2010

Citation

Allons, Alfredo, c'est incroyable que tu me fasses cette remarque. Tu sais très bien que je ne devine rien, je ne fais que déduire. La logique et le raisonnement déductif sont des armes puissantes entre les mains d'un enquêteur aguerri.

Rédacteur: Serge Perraud lundi 08 mars 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page