Mon grand-père est un gangster

J'en étais venue à penser qu'il existait, dans chaque pays, un policier particulièrement détestable ; et voilà que ma théorie se confirmait.
Rhys Bowen - Son espionne royale et la fiancée de Transylvanie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 22 février

Contenu

Roman - Policier

Mon grand-père est un gangster

Braquage/Cambriolage - Prison - Urbain MAJ dimanche 03 septembre 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 8 ans

Prix: 9,8 €

Guillaume Guéraud
Pierre Dheur (illustrateur)
Rodez : Le Rouergue, août 2023
122 p. ; illustrations en noir & blanc ; 19 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-2497-1
Coll. "DacOdac"

Pépé le Napo

Napoli-le-Napolitain va être libéré de prison après vingt années derrière les barreaux. Son crime ? Avoir poignardé le préfet de police Briquet puis avoir jeté son corps dans la Vieux-Port. C'est à jamais une figure de la truanderie marseillaise, et une photo qui trône aux Pennes-Mirabeau, dans la maison rabougrie de sa fille et de ses deux petits-enfants, Toni, vingt ans, spécialise de la tire de bagnoles pourraves, et Marco, neuf ans, pickpocket et kleptomane, qui érige son musée personnel avec les trouvailles qu'il chourre dans les poches des autres. L'arrivée de Pépé Napoli va enfin tout changer. Il va redorer le blason de la famille. Adieu les menus larcins, bonjour les casses aussi géniaux que ceux qui défilent à la télévision dans des films de gangsters. Surtout Pépé Napoli va enfin pouvoir reprendre sa place, celle qui lui a été prise cette fouine de Castanero, qui se trimballe en limousine blanche épaulé par deux mastodontes. Sauf que... à sa sortie, Pépé Napoli avec sa dégaine de touriste tongs aux pieds qui souhaite se baigner dans la mer n'est pas celui que sa famille attend. Il veut se ranger des voitures. Mais aussi vivre la belle vie. Et les histoires qu'il raconte divergent de sa légende. Pour Marco, il y a congre sous roche. Et quand il entend une conversation entre son Pépé et Monsieur Castanero, que ce dernier trucide le petit chien qui vient tout juste d'être adopté par la famille, il voit sous ses yeux s'opérer une transformation. Et voilà la famille sur le pied de guerre à fomenter un plan vengeur inconsciente des dangers qui les attendent.

Guillaume Guéraud aime bien ces univers presque baroques avec des personnages en marge hauts en couleur. Ici, il s'attaque au mythe du gangster marseillais en se raccrochant pour partie à la Grande Histoire. Surtout, en amateur des genres, il manie très bien les clichés et sait surtout les magnifier. Ici, un grand-père désacralisé par sa famille alors qu'il a des années auparavant fait un choix propre à l'Honneur des gangsters, mais un choix pour assurer un niveau de vie à sa famille. Et ce n'est pas de sa faute si sa famille n'a rien compris et a souhaité suivre ses pas. Le tout avec une gouaille fantastique, un sens de la dramaturgie et des illustrations de Pierre Dheur qui semblent provenir tout droit de la tête du romancier. Et si au final, l'amoralité gagne, avouons-le, ça fait du bien !

Citation

Mon grand-père, je ne l'ai jamais vu, ça fait vingt ans qu'il est en prison. Mais tout le monde a entendu parler de lui. Parce que c'était un vrai caïd à une époque. Rien que son nom foutait la trouille : Napoli-le-Napolitain. Il suffisait de le prononcer pour faire trembler n'importe qui. Eh bien c'est lui, ouais, c'est mon grand-père !

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 30 août 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page