Les Lieux sombres

C'est une ville industrielle assez noire. Plus triste encore que le reste du pays. Le ciel y est bas, la mer y souffle des nuages que la suie semble souder solidement les uns aux autres.
San-Antonio - Sérénade pour une souris défunte
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 12 août

Contenu

Roman - Thriller

Les Lieux sombres

Social - Prison - Assassinat MAJ jeudi 07 octobre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Gillian Flynn
Dark Places - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Héloïse Esquié
Paris : Sonatine, février 2010
482 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35584-035-7

Actualités

  • 07/07 Prix littéraire: L'été du prix des lecteurs LDP polar
  • 11/06 Prix littéraire: Prix des lecteurs LDP polar - nouvelles de juin
  • 04/03 Édition: Parutions de la semaine - 4 mars
    Beaucoup de parutions, mais bien peu de livres sur lesquels s’extasier, du moins en grand format. Les éditions Rivages explorent de temps en temps le polar historique, et cette Budapest la noire, de Vilos Kondor est de toute beauté ; Christian Bourgois avec le surprenant Illustrado, de Miguel Syjuco, se penche sur les raisons de la mort d'un auteur dans l'eau de l'Hudson. Meurtre ou suicide ? Une multiplication rigoureuse de styles dans un récit à nombreuses voies à des époques différentes.
    Mais les ouvrages au format poche proposent une tout autre variante. Langue pour tous propose des nouvelles bilingues de Chandler et Bloch, La Tengo avec Fractale, de Marin Ledun, se lance dans les pièces de théâtre noires et les éditions Asphalte nous promettent de gravir le Golgotha, de Leonardo Oyola. Bref... Que du bonheur :

    Grand format :
    L'Homme de Kaboul, de Cédric Bannel (Robert Laffont)
    Le Voleur d'âmes, de Ann Benson (Le Cherche Midi, "Thriller")
    Entre deux verres, de Lawrence Block (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Les Gardiens de l'obscur, de Bernard Carlier (Le Toucan, "Toucan noir")
    Faute de preuves, de Harlan Coben (Belfond, "Noir")
    Havre des morts, de Patricia Cornwell (Les 2 Terres, "Best-seller")
    Enquêtes de Solar Pons, de August William Derleth (Les Moutons électriques, "Bibliothèque voltaïque")
    Les Suicidés, de Antonio Di Benedetto (José Corti, "Ibériques")
    Frontières mouvantes, de Knut Falbakken (Le Seuil, "Policiers")
    Le Tueur de l'ombre, de Claire Favan (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    Budapest la noire, de Vilmos Kondor (Rivages, "Thriller")
    La Rivière perdue, de Michael Koryta (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Le Mouroir aux alouettes, de Virginie Lauby (Ex aequo, "Rouge")
    La Verticale du fou, de Fabio M. Mitchell (Ex aequo, "Rouge")
    Lune trompeuse, de Ben Pastor (Actes sud, "Actes noirs")
    La Dernière toile de Vincent Van Gogh, de Jean-Luc Piette (Confluences)
    Impact, de Douglas Preston (L'Archipel, "Les Maîtres du suspense")
    Bad boy, de Peter Robinson (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Nephilim, de Asa Schwarz (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Installation, de Bragi Steinar (Métailié, "Bibliothèque nordique")
    Illustrado, de Miguel Syjuco (Christian Bourgois, "Littérature étrangère")

    Poche :
    Les Aventures de Guilhem d'Ussel, chevalier troubadour. 3, Londres, 1200, de Jean d'Aillon (J'ai lu)
    À vous de tuer = To Kill Or Not To Kill, de Robert Bloch & Patrick Quentin (Langues pour tous, "Littérature")
    Les Ennuis, c'est mon problème = Trouble Is My Business, de Raymond Chandler (Langues pour tous, "Littérature")
    Sans laissr d'adresse, de Harla Coben (Pocket, "Thriller")
    Angle obscur, de Reed Farrel Coleman (Points, "Roman noir")
    Les Lieux sombres, de Gillian Flynn (LGF, "Thriller")
    La Poubelle pour aller danser, de Philippe Huet (Baleine, "Le Poulpe")
    Une mort esthétique, de Phyllis Dorothy James (LGF)
    Les Ombres silencieuses, de Mari Jungstedt (LGF, "Policier")
    Fractale, de Marin Ledun (La Tengo, "Pièces à conviction")
    Cadres noirs, de Pierre Lemaître (LGF, "Thriller")
    13 Heures, de Deon Meyer (Points, "Policiers")
    Golgotha, de Leonardo Oyola (Asphalte, "Fictions")
    La Valse des gueules cassées, de Guillaume Prévost (10-18, "Grands détectives")
    On ne peut pas tout avoir, de Ruth Rendell (LGF, "Policier")
    Filiation du crime, de Nora Roberts (J'ai lu)
    Toutes les couleurs des ténèbres, de Peter Robinson (LGF, "Policier")
    Le Destin du colporteur, de Kate Sedley (10-18, "Grands détectives")
    L'Enfant des cimetières, de Sire Cédric (Pocket, "Best")
    Loser, de Jason Starr (Rivages, "Noir")
    Des rats et des hommes, de Tito Topin (Rivages, "Noir")
    Liens : Cadres noirs |13 Heures |Golgotha |Toutes les couleurs des ténèbres |Entre deux verres |Budapest la noire |Londres 1200 |La Valse des gueules cassées |Jean d'Aillon |Robert Bloch |Lawrence Block |Raymond Chandler |Knut Faldbakken |Claire Favan |Gillian Flynn |Michael Koryta |Marin Ledun |Pierre Lemaitre |Deon Meyer |Leonardo Oyola |Ruth Rendell |Peter Robinson |Kate Sedley | Sire Cédric |Jason Starr |Tito Topin |Phyllis Dorothy James

La petite maison dans la tuerie

Une famille massacrée dans le Missouri. Des signes sataniques peints avec le sang des victimes sur les murs. Une hache, un couteau et un fusil. Une survivante. Un fils jugé coupable qui purge une peine de prison à perpétuité. Un "Kill Club" qui regroupe tout un tas d'illuminés passionnés par les faits divers sordides. Voilà pour les ingrédients. Mais qu'en est-il de la recette ?

Libby Day, la survivante, véritable icône du drame, figure nationale de la victime angélique, a vécu grâce à la générosité des bonnes âmes émues par sa situation. Mais voilà, elle a dépassé la trentaine, son drame est loin, et d'autres crimes ont eu le culot de venir remplacer dans les cœurs américains celui qu'elle a vécu. Vingt-cinq ans après les faits, elle voit ses revenus réduits à néant et se retrouve contrainte à participer à des réunions du Kill Club. Des hommes et des femmes y sont persuadés que la justice ne fait pas toujours son travail et que Ben n'est pas l'auteur du massacre de sa famille. Or, l'accusation repose essentiellement sur le témoignage de Libby qui n'avait que sept ans à l'époque. Moyennant finances, celle-ci accepte donc de retourner dans son passé, quitte à prendre le risque de revoir son jugement.

Gillian Flynn nous plonge dans ce cauchemar américain, nous faisant visiter ces lieux sombres qui hantent la mémoire de Libby. La construction nous happe : un chapitre sur deux nous fait revivre cette terrible journée du 2 janvier 1985, heure par heure, du point de vue de Patty, la mère de famille, et de celui de Ben, le jugé coupable. Un chapitre sur deux nous fait avancer dans l'enquête présente. Cette enquête dans laquelle Libby s'enfonce à pas hésitants, sachant qu'il faudra bien, de toute manière, qu'elle découvre la vérité, qu'elle accepte que son frère n'est peut-être pas le coupable. On rencontre, tour à tour, les principaux protagonistes de l'affaire, tout en faisant leur connaissance dans le passé. Et dieu sait qu'ils sont complexes ces personnages. Notamment Ben, l'assassin de quinze ans, en pleine crise d'adolescence au moment des faits, lui qui a fréquenté les mauvaises personnes au mauvais moment. Et Patty, désespérée par la situation de la ferme qui va vers une faillite inéluctable. L'histoire se tord comme un arbuste trop sec, prend tout son temps avant d'éclater et d'éclabousser d'échardes Libby, Ben et le lecteur.


On en parle : La Tête en noir n°143

Nominations :
Prix Polar international 2010

Citation

Je n'étais pas une enfant aimable, et je suis devenue une adulte profondément mal aimable. Si on voulait dessiner mon âme, on obtiendrait un gribouillis avec des crocs pointus.

Rédacteur: Gilles Marchand lundi 07 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page