La 7e Femme

Clara était sous le charme. À force de côtoyer l'horreur, elle en avait fini par se persuader que l'homme n'était que souffrance. Et l'échec de sa vie sentimentale était sans doute lié à cette croyance. Ducamp venait de lui remettre du baume au cœur. Après cette enquête, elle prendrait des vacances quelque part en Asie afin de remettre les compteurs à zéro.
Chris Nerwiss - Le Rouge n'est pas qu'une couleur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 12 novembre

Contenu

Roman - Policier

La 7e Femme

Tueur en série - Procédure MAJ mardi 04 mai 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,9 €

Frédérique Molay
Paris : Fayard, novembre 2006
468 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-213-61577-2

7 jours de destruction

Paris. Nico Sirsky, commissaire divisionnaire au 36 Quai des Orfèvres, est appelé sur le lieu d'un crime. La victime a été bâillonnée, attachée et a reçu trente coups de fouets. L'assassin lui a ensuite découpé les seins et l'a achevée d'un coup de poignard. Un message est laissé à l'attention des enquêteurs : "7 jours, 7 femmes".
Les jours se suivent et se ressemblent dans la série macchabées. Le tueur sévit toujours suivant le même mode opératoire. Nico et ses équipes vont devoir s'atteler à la tâche et mettre les bouchées doubles pour lui mettre la main dessus. Surtout que le meurtrier semble avoir une dent contre Sirsky, et qu'il a dans sa ligne de mire des femmes de son entourage. Une affaire compliquée à gérer alors que le commissaire doit faire face à une ex-femme dépressive, une relation amoureuse naissante et un ulcère qui lui vrille l'estomac.

Frédérique Molay n'est pas flic. Pourtant, elle nous dresse un portrait tout en justesse de la célèbre Brigade criminelle, nous livre des anecdotes, des détails sur la vie entre ses murs. Ce qui était son but premier : rendre compte de la réalité du 36.
Autant les personnages qui jalonnent le roman "sentent" vrais, autant le personnage de Sirsky semble irréel tellement il transpire l'homme parfait. Le flic beau-gosse qui les fait toutes craquer mais qui ne profite pas de son physique. Fidèle, romantique, d'une très grande sensibilité et limite féministe dans certains de ses propos. Comment ça je suis jaloux ?
Heureusement, l'intrigue vient rattraper ce qui me semble être un des seuls points noirs de ce roman. Oui, parce qu'il y a un deuxième point noir. L'histoire d'amour que vit notre beau héros. Il rencontre sa dulcinée le lundi, et dès le jeudi, c'est la femme de sa vie, son plus bel amour. Un peu rapide le garçon. Enfin... Pour en revenir à l'intrigue, Frédérique Molay semble nous prendre par la main et nous emmener là où bon lui semble. C'est qu'elle a dû y aller dans le travail de recherche. Quand le médecin légiste découpe les victimes, on l'accompagne. Il ne manque que les odeurs méphitiques pour que le tableau soit complet. La 7e femme n'est sans doute pas le polar de l'année, mais il se glisse sans conteste dans la catégorie de ceux qui vous font passer un agréable moment.

Récompenses :
Prix du roman policier de la bibliothèque de Petit-Mars 2009

Citation

Il y avait toujours un "trop tard", les cadavres entassés ici le lui rappelaient chaque jour.

Rédacteur: Fabien Hérisson lundi 22 mars 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page