Les Enfants de la nuit

Celle-là, alors, elle était raide ! Comment, voilà un mec qui me pique ma femme, qui se la farcit de A jusqu'à Z, presque sous mon nez et c'est moi qui ai tort ? Je les avais mis en l'air tous les deux, d'accord, j'en avais même déquillé un troisième qui n'avait rien à voir dans le spectacle, mais enfin, c'était bien mon droit.
André Héléna - Les Salauds ont la vie dure
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 29 février

Contenu

Roman - Thriller

Les Enfants de la nuit

Vengeance - Guerre MAJ dimanche 25 avril 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Frank Delaney
The Amethysts - 1998
Traduit du par Hubert Tézenas
Paris : Le Cherche midi, avril 2010
400 p. ; 22 x 16 cm
ISBN 978-2-7491-1619-8
Coll. "Thriller"

Quand les cauchemars de l’histoire nous rattrapent…

Nicholas Newman est un architecte anglais talentueux et renommé, une coqueluche que tout le monde s'arrache. Sa vie va basculer le jour où Madeleine, sa petite amie est sauvagement assassinée. De son passé, il ne connaissait rien. Trois ans après le drame, Nicholas est la cible d'agressions, vols, et autres détournements de fonds. Ces événements semblent être en lien avec le meurtre de Madeleine, ce qui engendre la réouverture de l'enquête. Nicholas va alors découvrir l'histoire personnelle de sa fiancée, survivante de l'Holocauste, plongeant malgré lui dans l'univers des horreurs perpétrées par les Nazis lors d'expériences comportementales durant la guerre. Qui étaient ces Améthystes dont elle était un des membres ? Pourquoi lui demande-t-on de retrouver les trois autres ? Et surtout pourquoi lui ? Lui qui se définit comme est un homme vénal, égoïste et vaniteux.
Les Enfants de la nuit a été publié en 1998 sous le titre The Amethysts. Il s'agit du premier volet d'une tétralogie dont le héros est Nicholas Newman. Le récit étant narré à la première personne, on est immergé dans la peau du héros, et malgré ses défauts, sa lâcheté, ses difficultés à prendre position, on se sent proche de lui. Tout simplement parce qu'il est humain, qu'il pourrait être nous. Qu'on pourrait être lui. Ce livre est un thriller envoûtant qui nous fait méditer sur les effets dévastateurs du conditionnement sur l'homme. Et on se dit que finalement, le chien de Pavlov n'était pas à plaindre.

Citation

Il existe des moyens permettant aux gens de piéger les êtres qu'ils désirent. Ils commencent par se répandre eux-mêmes en déclarations d'amour. Et leur amour-propre – leur convoitise – nourrit leur pouvoir de séduction.

Rédacteur: Fabien Hérisson mardi 23 mars 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page