Le Sang des rêves

Maman a essayé de me tuer. Elle croyait que j'étais trop petit pour me défendre, pour nous défendre mon frère et moi. Je sais qu'elle nous aime, mais quand elle nous regarde, c'est notre bonheur d'avant qu'elle voit.
Éric Cherrière - Mon cœur restera de glace
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 23 octobre

Contenu

Roman - Espionnage

Le Sang des rêves

Anticipation - Ésotérique MAJ mercredi 05 mai 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Mine G. Kirikkanat
Destina - 2008
Traduit du turc par Valérie Gay-Askoy
Paris : Métailié, mars 2010
224 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-86424-743-2
Coll. "Noir"

Anticipation politique

Chypre, un futur proche, un été caniculaire. Un homme, Daryal, "à la poursuite d'un cauchemar". La Turquie n'existe plus (pour ceux qui se demandent pourquoi, il faut absolument lire La Malédiction de Constantin, du même auteur, chez le même éditeur qui est le premier volet de cette histoire) et les grandes puissances (Russes, Europe et États-Unis) se déchirent la légitimité du pays. Un moyen existe pour prouver cette légitimité et Daryal est sur ces traces… son rôle ? "Réceptacle de rêve"... et il est seul, à Chypre, sans aucun lien avec ses supérieurs et amis pour mener à bien cette mission… les Russes sont sur l'affaire, rien ne va être simple et Chypre va devenir un terrain d'affrontements.
Ce roman – qui mêle anticipation technologique politique internationale et racines de l'histoire – est un très grand livre. Poursuivant son histoire commencée dans La Malédiction de Constantin, Mine G. Kirikkanat déploie un rare talent d'analyse politique et nous emmène dans un roman d'espionnage mené à cent à l'heure. La Turquie est omniprésente, les complexes relations humaines parfaitement rendues, c'est vraiment du bel ouvrage.

Citation

En politique internationale, aucun des projets menés par les services secrets ne s'était jamais déroulé comme prévu. On pouvait donc considérer qu'il était dans la nature des choses qu'une mission comme Kubernesis I, aussi étrange qu'inédite au regard des technologies utilisées, soit dès le départ confrontée à un problème.

Rédacteur: Christophe Dupuis mardi 23 mars 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page