Lonely Betty

Quand la lame entailla la chair, un violent soubresaut agita son corps, mais ensuite il ne se débattit pas - pas autant, du moins, que je le craignais. Il demeura quasi immobile tandis que je lui coupai le cou jusqu'aux vertèbres.
Charles MacLean - De peur que les ténèbres ne tombent
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 19 janvier

Contenu

Roman - Noir

Lonely Betty

Pastiche - Disparition MAJ lundi 29 mars 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 13 €

Joseph Incardona
Bordeaux : Finitude, mars 2010
112 p. ; 17 x 13 cm
ISBN 9782912667748

Un pastiche et l'addition

L'histoire se déroule dans une petite ville du Maine, à la veille de Noël. Betty Holmes, l'ancienne institutrice, va fêter ses cent ans à l'hospice où elle habite depuis de nombreuses années. Mais l'événement – elle est la première centenaire du patelin – tourne court et sombre même, par la volonté de Betty, mais pas seulement, dans le ridicule. Est-ce toute cette mascarade qui convainc la vieille dame à parler enfin, après des années de silence, sur une mystérieuse disparition survenue soixante plus tôt ?
Se jouant des codes du polar, Joseph Incardona nous livre un roman dont la brièveté participe de la saveur de ce concentré d'images incontournables qui ne sont plus ici des clichés. Elles prennent au contraire une allure plaisante parce que le lecteur se prête au jeu et les attend : c'est le but du pastiche. L'auteur s'amuse et surprend même lorsqu'il autorise, par exemple, ses personnages à commenter ses choix d'écriture. On s'étonne encore de voir débarquer dans l'histoire l'un des maîtres de la littérature à suspens.
Joseph Incardona nous a habitués à ce type d'hommage aux ainés, notamment dans Taxidermie, son précédent ouvrage aux éditions Finitude. À travers Lonely Betty, Joseph Incardona ne cherche pas seulement à divertir. Il nous dit aussi toute son admiration pour la littérature noire américaine laquelle a sur son travail une influence indéniable. Il en résulte une petite lecture apéritive qui donne envie de se replonger dans les classiques du genre.

Nominations :
Prix Nouvel Obs BibliObs du roman noir français 2011
Prix Mystère de la Critique 2011

Citation

- Mais on est des personnages secondaires. À quoi bon mentionner que je te taille une pipe ?
- J'en sais rien, continue, poupée.

Rédacteur: Jean-Claude Lalumière dimanche 28 mars 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page