On a volé le Nkoro-Nkoro

Allez donc comprendre, si ça vous chante, comment George, qui pouvait s'offrir le meilleur cul de la côte Est, avait réussi à s'acoquiner avec une pouffiasse dont le mari s'était suicidé et qui avait un passé de joueuse de piano dans un bastringue.
Thomas Savage - Le Pouvoir du chien
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 02 avril

Contenu

Roman - Aventure

On a volé le Nkoro-Nkoro

Fantastique - Braquage/Cambriolage MAJ mercredi 14 avril 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

À partir de 9 ans

Prix: 2,95 €

Thierry Jonquet
Paris : Syros, mars 2010
48 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7485-0907-6
Coll. "Mini Syros"

Le Nkoro-Nkoro : l'ancêtre du téléphone portable

Marcel est le dernier de la classe. D'ailleurs, il est aussi au fond. Victime des railleries de Madame Camife, sa veille et moche maîtresse. Oumar arrive en ligne droite du Benkele-Missao. Ensemble, ils se comprennent car ils ne comprennent rien aux cours. Et puis le grand-père d'Oumar ramène un talisman contenant une racine de Nkoro-Nkoro, l'Arbre-Qui-Sait-Tout. À partir de là, les deux amis deviennent les premiers de la classe (Oumar interroge la racine qui leur parle alors dans leur tête) sous l'œil soupçonneux d'une Madame Camife qui va finir par confisquer le pendentif. La chute. Les quolibets. La honte. Oumar et Marcel partent alors en expédition dans l'appartement de Madame Camife récupérer leur dû. Surprise : elle est dans la télé ! Heureusement pour eux, ils vont croiser des alliés de poids, Changedechaine et Hector-le-crabe, et eux aussi entrer dans la télé course-poursuiter Madame Camife qui y fait sa maline.
Quatrième réédition de ce très court roman de Thierry Jonquet initialement paru en 1986, qui s'amuse d'une école déjà en décalage avec ses élèves au son des "patron" énoncés par un Oumar franchouillard. Chassez le naturel… Le roman exprime beaucoup plus que ne peut le comprendre une petite tête blonde ou crépue. Discours sur l'école. Mais qui baigne dans un fantastique à la Teletubbies avant l'heure. Une aventure gentillette qui vaut surtout par la prose toujours souple et déliée de Thierry Jonquet. Une étrange curiosité charmante.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°2

Citation

- Ah ! le Nkoro-Nkoro ne change pas les gens, patron Marcel, a répondu Oumar. Il leur montre simplement les choses qu'ils ne connaissent pas.

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 03 avril 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page